Savoir doser.

(version audio en fin d’article)

 

Non, je ne vous parlerai pas d’une quelconque recette de cuisine, je ne vous donnerai pas non plus, de conseils de modération en raison des fêtes de fin d’année qui s’approchent (il ne manquerait plus que ça !), je ne dirai donc pas ce qu’il faut ou ce qu’il ne faut pas manger, boire ou fumer même :) puisque de toute façon, ces comportements parlent de notre individualité avant tout, et face à cela, il est bien inutile de donner des conseils généraux sur la meilleure manière de faire : il n’y en a tout simplement pas !

Par contre, je vais donner un point de vue sur certaines façons d’apprendre des choses nouvelles dans la vie. Ici, sera donc développée l’idée qu’il existe principalement deux grandes tendances permettant de se former, sans oublier ce qui fait le lien, le point commun en fait, dans cette dualité d’action : nous, la personne quoi ! Une relation au moins tripartite donc, dont deux ingrédients sont à doser.

De toute façon, il est de bon conseil de se former. Pour bien faire, nous devrions consentir à être notre premier sujet d’investissement en la matière. Attention simplement, car, comme dans tout investissement, il y a les très bons, les bons, les moins bons, et les catastrophiques. En effet, mieux vaudrait apprendre à se connaitre d’abord afin de se former ensuite…ce qui constitue en soi, un sacré apprentissage bien sûr. Mais c’est aussi un vaste sujet, glissant qui plus est ! Et chacun a face à cela sa propre expérience de référence qui fait, évidemment loi.

Aaaah, les croyances !!

Pour l’instant en tout cas, ce qui est reconnu de façon quasi unanime comme la meilleure façon de progresser serait donc d’accumuler des connaissances. De ce fait, tout le monde, à peu près se forme, se reforme et parfois du coup se déforme…

 

C’est super lorsque les résultats qui en découlent nous aident dans la vie ! 

De mon expérience de formatrice pour adulte, j’ai pu constater que, pour certains, le fait de réapprendre leur métier ou de se mettre à la page de la nouvelle réglementation en vigueur par exemple, n’est pas si évident à faire que ça, même lorsque cela s’impose. Mais, au final, ces professionnels sortent de la formation épanouis, joyeux, heureux d’avoir appris des nouveautés, d’avoir partagé leurs expériences, d’avoir pu communiquer sur leur travail, et aussi, d’avoir survécu aux longues heures rivées sur une chaise ! Ce qui, de leur propre aveu, ne leur était pas arrivé depuis longtemps ! Je tiens au passage, puisque je parle d’elles, à rendre hommage à ces merveilleuses personnes, adorables, avec qui j’ai passé de très bons moments. Inutile de dire à quel point c’est enrichissant de mettre en relation les savoirs théoriques et les savoirs pratiques !

 

Justement, ceci est une transition idéale pour m’avancer sur le sujet que je veux développer maintenant et qui est donc : savoir doser les phases d’apprentissages et de pratiques.

Il existe, bien sûr, des personnes qui savent très adroitement alterner, des périodes où sont apprises des techniques par exemple et des périodes où sont mises en pratiques ces techniques…

D’autres, et ce sont ces personnes qui nous intéressent ici, se perdent, soit dans l’apprentissage, soit dans la pratique. Nous connaissons en effet, tous des gens qui savent beaucoup de choses, mais qui semblent ne pas arriver à en faire grand-chose, et d’autres qui ne savent pas grand-chose, qui pratiquent à tout va… apprenant pourtant peu de cela !

La solution semble être un savant mélange de savoirs théoriques et de savoirs pratiques. Tout est dans le dosage en fait !!

 

Tout comme il est regrettable de pratiquer sans rien apprendre, il est tout aussi regrettable d’apprendre sans rien pratiquer ! disait le sage.

 

Notre maîtresse la vie, dans la classe de notre quotidien, nous pose souvent des énigmes. À chaque fois, les consignes sont :

 

« Trouver la solution. Attention, celle-ci doit tomber juste.

Petit indice : soit la solution vous sauvera la vie, soit elle l’améliorera grandement en vous apportant des connaissances que vous n’aviez pas envisagées si le problème ne s’était pas posé.

Astuce : vous avez à votre disposition, toute l’aide et tous les moyens que vous jugerez nécessaires : livres, témoignages, interview, vidéos, films…etc !

Et après, passez à l’action !

Allez-y maintenant, à vous d’apprendre ! »

 

Il semblerait donc que pour vraiment apprendre quelque chose d’utile, les deux aspects soient nécessaires.

Il est évident que symboliquement, cela fait référence aux deux cerveaux que nous possédons : le cerveau permettant l’apprentissage théorique qui se situe dans la boîte crânienne, et le cerveau permettant d’intégrer dans le corps en quelque sorte, l’information ainsi captée.

Pour plus d’information, voir l’article : « Nous avons deux cerveaux »

 

Mais la partie magique dans cette histoire se trouve dans le fait que quoique vous vivez ou devez vivre, dites-vous que d’autres personnes l’ont vécu avant vous.

Ceci répond parfaitement à l’adage :

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ».

C’est bien de cela qu’il s’agit.

 

Ainsi, il ne sert à rien de réinventer des solutions à chaque fois que vous avez un souci !

Faites-vous aider, voyez comment les autres font et faites pareil, c’est tout simple…

Qu’avez-vous à y gagner ?

Du temps ! Le temps qui est une denrée rare et précieuse, car non extensible à l’infini.

Et justement, les gens qui se nourrissent des expériences, théoriques et pratiques des autres, gagnent un temps fou !

 

Donc, deux questions essentielles se posent :

– qu’est-ce que vous faites lorsque vous ne savez pas ?

– qu’est-ce que vous faites lorsque vous savez ?

 

Certains ne savent pas qu’ils peuvent apprendre à faire mieux, certains ne savent pas qu’ils peuvent transférer des savoirs faire et savoirs être d’un domaine à un autre, certains ne savent pas où chercher, certains ne connaissent pas les moyens de s’en sortir, certains sont paralysés par la peur…

D’autres connaissent la façon dont il pourrait s’en sortir, mais ne le font pas, ils remettent à demain, se disent que cela passera seul, que ce n’est pas de leur ressort, se cachent derrière les autres, ils se sentent victimes…

Mais personne n’est une victime dans la vie, sauf ceux qui décident de l’être.

Et des solutions à tout ce qui est traditionnellement appelé problème se font jour, à condition d’avoir un état d’esprit qui permet d’apprendre des nouvelles choses et de pratiquer des nouveautés. Un état d’être n’ayant pas peur de se tromper, de se ridiculiser, d’échouer. Bref, oser apprendre, c’est parfois, mettre son orgueil de côté pour rester ouvert à de nouvelles façons de penser, de faire et d’avoir. Puis pratiquer, pratiquer, pratiquer.

Ce que nous pouvons en déduire, c’est qu’il y a un équilibre à trouver entre apprendre des choses ou des concepts nouveaux et passer à l’action.

L’Art de Vivre c’est aussi cela : apprendre pour pratiquer et pratiquer pour apprendre. Cela, vous en conviendrez, vient d’un savant et judicieux dosage…

 

Exercice pratique :

Et vous, savez-vous doser apprentissage et pratique ?

Dans quels domaines de vie faites-vous cela naturellement ? Lister ces domaines.

Dans quels domaines de vie n’y arrivez-vous pas ? Lister ces domaines.

Lorsque vous avez défini cela, reprenez la liste des domaines où vous savez apprendre et passer à l’action et définissez ce que vous voyez, ce que vous entendez, ce que vous ressentez lorsque vous êtes soit en train d’apprendre, soit en train de pratiquer.

Il vous est dès lors, facile de transférer votre façon de faire, d’apprendre et de pratiquer, des domaines où vous êtes performant, vers les domaines, où vous en êtes moins. Transférez ce que vous voyez, ce que vous entendez, ce que vous ressentez du domaine où cela marche, vers le domaine où cela ne marche pas.

Petit conseil :

– L’ingrédient indispensable dans ce processus est le ressenti. Les émotions sont les moteurs de nos actions. Ne surtout pas les négliger. Bien entendu, il vaut mieux que celles-ci soient positives pour qu’elles vous permettent de construire.

– Relevez aussi les différences qui font la différence… et vous pourrez améliorer grandement votre vie, avec une technique qui vous est propre.

 

À vous de jouer !