positif – exemple pratique -

Source : flickr.com – crosslens – positiv energy

-

 

Voici un court extrait du roman : « Incarcération cérébrale » dans lequel le personnage principal Lise, est en proie à une pensée négative. Et voici comment elle reprend en main, en conscience, les rênes de son bavardage interne.

***

- Ah, mauvaise pensée ! Vite, la remplacer de suite par une pensée positive, sincère et ressentie du plus profond du cœur ! se dit Lise le plus sérieusement du monde. Puis elle reprit, comme si elle parlait directement aux personnes envers lesquelles elle avait projeté ses propres pensées négatives : « Bravo Mesdames et Messieurs ! Bravo ! C’est merveilleux ce que vous faites. Vous avez contribué à l’élaboration d’un monde meilleur. Et à ce titre, il est logique et normal que vos noms passent à la postérité ! Surtout que cela ne m’étonnerait pas que Patrick (son mari) ait participé à ce genre d’événement… finit-elle par se dire en souriant.

Lise avait dû souvent se reprendre ainsi, surtout au début de l’élaboration de ladv. En effet, lorsqu’elle était jeune, il faut reconnaître qu’elle entretenait souvent des pensées négatives sur les gens et les choses. Elle ne se rendait même pas compte à quel point ces pensées pouvaient influencer ses relations avec elle-même, parce qu’elle se critiquait sans cesse, et avec les autres parce qu’elle les critiquait aussi. Cette attitude faisait que les résultats positifs qu’elle obtenait n’étaient peu ou pas valorisés, voire passaient inaperçus. Par contre, les résultats qu’elle jugeait être négatifs, étaient mis en avant, comme pour bien prouver que ce qu’elle pensait au départ -c’est-à-dire son incapacité à réussir quoi que ce soit de bien dans la vie- était bel et bien la vérité.

C’est en se rendant compte qu’elle mettait en avant plus ses échecs que ses réussites qu’elle se dit : « Il y a forcément, en moi, des croyances à comprendre et à changer ! » Elle se souvient de ses premières recherches concernant ses affinités exagérées avec les mauvaises nouvelles. Elle fut surprise de s’apercevoir que c’était le mode de communication privilégié dans sa famille. En effet, pour pouvoir être écouté dans son clan, il fallait se plaindre ! Plus c’était grave et larmoyant, plus les conversations duraient et plus cela permettait de parler avec les siens ! Sans s’en rendre vraiment compte, la culture du négativisme et de la victimisation était mise en avant. Les succès étaient évoqués du bout des lèvres, puisqu’il ne fallait pas se vanter. De plus, ce qui était acquis pouvait très bien être repris du jour au lendemain ! Telles étaient les croyances.

Une fois que Lise comprit tout cela, elle se mit en tête de commencer à valoriser tout ce qu’elle avait obtenu comme succès et tout ce qu’elle avait actuellement comme avantages. Elle élabora une liste positive de la personne qu’elle pensait être, puis de ce qu’elle savait faire et enfin de ce qu’elle avait comme biens, même matériels.

Cette liste fut une révélation pour elle. Sans avoir accompli quoi que ce soit de plus pour changer sa vie, elle avait déjà une base de réussite incroyable ! Et ce qui la troubla encore plus, c’est qu’elle ne l’avait pas vu avant, alors que cela existait déjà ! Un de ses amis lui avait dit un jour que « la réussite n’est qu’une l’histoire que l’on se raconte ». (NDA Godefroy Christian). Elle pensait également la même chose depuis ce jour. Alors, autant voir aussi les côtés positifs, puisqu’ils existent bel et bien !

Il est vrai qu’au début, lorsqu’elle laissait libre cours à son dialogue intérieur, quelques facettes négatives refaisaient régulièrement surface. Maintenant, elle sait que si les pensées négatives sont aussi présentes dans sa vie et aussi dans la vie des gens, c’est parce que chacun les fait exister de manière soutenue et continue. Certains y portent très souvent attention ; dès lors, le négatif envahit l’espace. Lise explique régulièrement cela aux personnes qu’elle perçoit comme négatives. Et elle leur fait bien comprendre l’intérêt de penser en positif en faisant un petit exercice qui les plonge dans une histoire négative et une histoire positive. Les gens se rendent alors bien compte qu’ils récupèrent de l’énergie lorsqu’ils pensent en positif, alors qu’ils se vident d’énergie lorsqu’ils pensent en négatif. Ce qui leur fait vivre encore plus négativement la situation !

Les conclusions à tout cela sont limpides : les gens positifs sont plus heureux, plus enthousiastes et se maintiennent plus en bonne santé que les gens qui se plaignent sans cesse !

S’entraîner à voir le positif en toute chose n’est pas une option de vie, ce n’est pas uniquement philosophique non plus. C’est tout simplement vital, en tout cas, cela a vraiment changé la vie de Lise !

La voix des haut-parleurs reprit le dessus dans le brouhaha ambiant. Elle annonçait l’arrivée du train où se trouvaient ses fils.