Nous avons deux cerveaux !

Hé oui, nous avons un deuxième cerveau !
Non Mesdames, ce n’est pas ce à quoi vous pensez concernant le deuxième cerveau présumé des hommes !! Si tel était le cas, les hommes auraient donc trois cerveaux et cela fait beaucoup même pour nos merveilleux compagnons !!

Le deuxième cerveau se trouve dans notre ventre, ce sont nos intestins.

Regardez, les photos ci après. Regardez les points communs de ces deux organes. C’est étonnant non !!

Les circonvolutions de l’un ressemblent à s’y méprendre aux circonvolutions de l’autre !!

http://www.picto.qc.ca/Images_picto/GifMiniature/Sciences_Biologie/Scbizzr1002.gif                    intestin

Concernant les intestins :

Symboliquement, lorsque nous sommes capable d’expliquer clairement une information que nous avons reçu, nous disons que nous l’avons comprise et de façon plus précise, elle fait partie de nous, nous l’avons « digérée » et « intégrée ». De la même façon, lorsque nous mangeons, nous digérons et intégrons l’information qui est portée par l’aliment. Chaque aliment a sa propre information nutritionnelle qui parle au corps bien sûr, mais aussi à l’esprit. Lire à ce sujet les articles d’Olivier Soulier, Homéopathe, qui a écrit entre autre « Le sens de nos désirs alimentaires ».

Dans le langage, nous disons de certaines informations, surtout lorsqu’elles ne sont pas très agréables, qu’elles nous ont « laissé un goût amer dans la bouche », ou que nous avons « du mal à avaler », que « ça ne passe pas », en faisant un geste de gavage au niveau du cou.
Lorsque nous sommes contrarié par quelque chose, nous disons que cela « nous reste sur l’estomac », que nous n’avons pas « pu digérer » cette information  !
Nous disons aussi que quelqu’un nous a fait une « crasse », que nous n’arrivons pas à « intégré » la chose, en se tapotant la tête…

Concernant nos amis les gaz, ils sont là pour faire avancer le morceau que l’on ne peut pas évacuer. Demandons nous quel est le morceau psychique qui nous encombre.

Le ventre est le siège de la peur. Lorsque vous ressentez une boule dans le ventre au niveau des intestins, ne vous trompez pas, c’est de la peur dont il s’agit. Pas de la colère, pas de la contrariété, pas de la tristesse. Cela peut vous aider à réagir en fonction et à ne pas confondre les émotions. Une émotion comprise est à moitié maîtrisée et peut aider parfois à mieux nous comprendre et nous aider.

Elisabeth