Merveilleux ADN

Source : flickr.com – Lộc Huynh Dk – ADN in the life –

L’ADN contient tout notre patrimoine génétique et contient aussi celui de l’humanité tout entière !!

Par son intermédiaire, nous sommes immortels !

et

Par ce biais-là, l’humanité est une !

Eh oui, nous avons des « bouts » de tous les individus qui ont vécus avant nous, nous possédons par là même, la mémoire ou plus exactement des extraits de mémoire de l’humanité entière. Monsieur Jean-Louis Beaucarnot, passionné de généalogie, a fait le calcul suivant :

– pour une personne qui naît, il y en a deux qui sont à son origine,

– pour ces deux, il y en a quatre,

– pour ces quatre, il y en a huit,

– pour ces huit, il y en a seize,

– pour ces seize, il y en a trente-deux,

– pour ces trente-deux, il y en a soixante-quatre,

– pour ces soixante-quatre, il y en a cent vingt-huit,

– pour ces cent vingt-huit il y en a, deux cent cinquante-six,

– pour ces deux cent cinquante-six, il y en a cinq cent douze…

enfin vous avez compris l’idée…

Au bout de la vingt-septième génération, nos ancêtres auraient été 134 127 728 !

Au bout de la cinquantième génération : 16 000 milliards !

Conclusion : il est mathématiquement impossible d’avoir tous des ancêtres différents puisque la terre n’a jamais compté autant de personnes, puisqu’évidemment, il y aurait autant de milliards d’individus pour vous aussi… et pour votre conjoint, votre voisin et sa femme, votre collègue et sa femme, le facteur et sa femme…

enfin, vous avez compris l’idée encore une fois !!

Si vous voulez lire l’article de : http://www.beaucarnot-genealogie.com, cliquez sur le lien suivant :

Un nombre d’ancêtres délirants

Effectivement, c’est délirant !!

Et cela confirme le fait exposé dès le début, qui est l’une des bases de ladv tel qu’il est présenté ici, à savoir : nous avons en nous -via l’ADN connecté avec lui même pour lui même et connecté avec le cerveau ordinateur pour nous même- la trace de l’humanité entière ! Toutes les mémoires, toutes les expériences, toute la vie humaine sont présentes en chacun de nous, physiquement parlant, dans d’infimes séquences de notre ADN. Ce que nous sommes est le résultat de ce que nos ancêtres étaient et à travers nous -qui sommes la réussite à 100% de leurs vies et de leurs transmissions- ils se perpétuent encore et encore. Donc logiquement, ce que nous décidons de devenir aujourd’hui fera l’humanité de demain.

Ça donne le tournis non ?

Petite précision : nous avons en nous le patrimoine génétique, donc les mémoires et les caractéristiques, aussi bien physiques que mentales, de nos ancêtres connus, repérés dans notre arbre généalogique, mais nous avons aussi, les mémoires et les caractéristiques physiques et mentales de l’ensemble des personnes qui ont peuplé la terre jusqu’à présent !!

Bon, vous allez me dire que ce n’est pas un scoop ! Évidemment, tout le monde sait ça !

Bien ! Alors, allons plus loin dans la réflexion que cela engendre…

Les ancêtres communs, disons ceux qui ont vécus il y a très très longtemps nous ont donc transmis la mémoire de l’humanité totale que nous portons tous au fond de nous. Celle-ci pourrait être à l’origine de nos réactions communes, universelles et qui sont en lien, pour certaines et stocké pour d’autres, dans le cerveau reptilien, le cerveau archaïque… -première source de programmation du cerveau-ordinateur selon ladv- Puis vient la mémoire de notre clan, de nos ancêtres directs, disons de ceux dont nous connaissons l’histoire, leur petite histoire confrontée à la grande histoire qu’ils ont dû traverser pour survivre… (ou dans le meilleur des cas, pour vivre, mais c’est rare…) -seconde source de programmation du cerveau-ordinateur selon ladv-

Fin de la petite précision…

En conséquence :

Ce que nous pouvons dire, c’est que lorsque nous réagissons à quelque chose, ce « quelque chose » est inscrit en nous biologiquement. Ceci constitue notre dimension de mammifère sur terre. Notre réaction enclenche une série d’émotions qui ne sont là que pour nous permettre de survivre. Nous sommes au niveau animal.

Ce n’est ni bien ni mal, c’est ainsi, c’est tout !

Il nous faut passer à l’étape suivante en retirant de ce qui nous arrive, la ou les leçons primordiales pour faire grandir notre être.

C’est bien beau, mais comment fait-on une chose pareille vous demandez vous ?

Eh bien, en apprivoisant les émotions qui, particulièrement si elles sont négatives, nous ramènent inlassablement au côté animal de notre personne en nous avertissant que nous nous éloignons de notre bien-être global. Afin de changer vraiment en profondeur, la technique est de comprendre l’émotion qu’il y a derrière la réaction (la reconnaître et la nommer), comprendre que cela ne nous appartient que parce que nous avons en nous l’information source (via nos ancêtres), et qu’il nous suffit de « nettoyer » cette information, c’est-à-dire, accepter entièrement qu’elle soit là en nous et qu’elle agisse pour nous, l’intégrer ensuite, comme un spermatozoïde intègre l’ovule pour changer, pour créer un nouvel être, totalement nouveau, totalement fabuleux. Ce qui, vous en conviendrez, est une excellente façon de transformer, que dis-je, de transfigurer, de magnifier l’information du départ ! Ainsi, celle-ci n’est plus la même, elle est, tout au moins adoucie, elle a dans tout les cas, une autre vibration. Et si nous avons bien fait notre job d’humain, nous allons transmettre dans notre ADN -qui a changé physiquement parlant au passage !- quelque chose de nouveau aux générations futures sûrement, mais aussi à notre entourage immédiat, qui fera de même pour son entourage immédiat aussi… Une spirale vertueuse se met alors en place !

C’est une excellente façon de changer le monde, par le nettoyage des mémoires et la transformation profonde de celles-ci, mémoires qui sont communes à toute l’humanité !

Autre concept étroitement lié à tout cela :

Nous avons en nous toutes les connaissances, en potentiels cependant, comme le grain de blé contient toute la plante… À ce grain, il lui faut juste le bon endroit, le bon environnement, les bonnes conditions pour pouvoir germer et devenir une magnifique plante. Quoique, permettez que je mette un bémol à cette affirmation, puisque nous savons tous que même dans un environnement hostile, sans beaucoup d’eau, sans ombre, sans beaucoup d’avantages en fait, certaines plantes se développent, grandissent et deviennent magnifiques, comme pour nous dire que le fait de se développer ne dépend pas des éléments extérieurs, mais bel et bien de la force de vie intérieure que la plante a ou pas. En ce qui nous concerne, nous pourrions dire que cela dépend de l’envie que nous avons, ou pas, de développer notre projet de vie et d’expansion ! Dans nos pays, il faut reconnaître que nous avons beaucoup d’avantages : devenons donc la magnifique plante que nous sommes en potentiel au fond de nous ! Nous avons tout autour de nous pour le faire, à condition que nous le décidions évidemment !