Mécanismes méconnus

Source : Flickr.com – Michele Artigue – Sceptique
***

Dans cet article, nous allons parler de quelques désagréments touchant au bien-être et indirectement à la beauté. Ce sont des exemples sensés montrer quelques processus mentaux internes, logiques vous allez le constater, qui, parfois, sont la source de certains petits tracas rencontrés dans la vie de tous les jours.

Comprendre le sens cachés des choses est toujours une bonne idée pour que leurs conséquences n’œuvrent plus dans l’ombre et aussi pour que nous puissions changer en profondeur. Car, non seulement, nous ne souffrons plus du désagrément physique engendré par la non compréhension de ce qui soutien son apparition dans notre existence, mais en plus, nous comprenons ce que cela voulait nous dire, et ainsi nous nous comprenons davantage jour après jour ; en d’autres termes, nous grandissons.

Voyons ensemble quelques exemples concrets :

Cheveux :

Savez-vous que les cheveux peuvent sous l’effet d’une grande frayeur passer de la couleur au blanc en l’espace de très peu de temps ! Même si les exemples ne sont pas très nombreux pour en faire des généralités, ils sont néanmoins des exceptions assez impressionnantes et notables !

Mauvaise haleine :

D’autre part, vous savez que la mauvaise haleine a deux grandes causes d’après les médecins : la mauvaise digestion ou l’ingestion d’aliments qui ont un goût fort, et/ou une mauvaise dentition ! Ils en oublient cependant une, bien connue de nos arrières grands-mères : les mauvaises paroles et la grossièreté ! En effet, il était courant dans certains milieux, de demander aux enfants d’aller se laver la bouche avec du savon après qu’ils aient été pris en flagrant délit de prononciation de gros mots ! Mots chargés, haleine chargées ! C’était aussi simple que cela ! Il y aurait peut-être un peu de bon sens au fond ! Passer son temps à critiquer autrui, n’emmène pas à la légèreté et à la douceur et si l’on en croit nos aïeules, à la bonne odeur non plus !

Transpiration :

Puisque nous en sommes aux bonnes et mauvaises odeurs, savez-vous qu’en dehors d’une négligence évidente et/ou d’une très grande température extérieure, certains transpirent beaucoup et dégagent une odeur qui peut vite être insupportable ! Ces personnes signifient ainsi qu’elles ne veulent pas être approchées de trop près par les gens qui les entourent. En effet, le cerveau-ordinateur à trouvé là une réponse formidable ! Le stress est : « Je ne veux pas rencontrer ni parler à du monde et pourtant je suis obligé(e) de sortir et d’aller dans un endroit public ! » La réponse est : « Ne t’inquiète pas ! Je ne peux pas agir sur les autres pour leur dire que tu ne les supportent pas, mais en revanche, je peux agir sur toi ! Je vais te faire transpirer, je vais demander à mes amis les bactéries de venir illico sous tes bras entre autre, où elles pourront vite fait dégager une vieille odeur de fond de poubelle, et ainsi, je te le garanti, tu ne seras pas du tout déranger ! » Implacable comme raisonnement ! Et efficace en plus !

Acné :

C’est un mécanisme parallèle concernant les boutons d’acnés de nos adolescents ! Tout le monde sait que l’adolescence est devenu un âge difficile à traverser, avec ses complexes et ses questions existentielles. Les jeunes en général traversent cette période avec un minimum d’assurance en eux-mêmes et regardez bien autour de vous et vous verrez que ceux qui ont le moins confiance en eux, sont ceux qui ont généralement le plus de boutons d’acné sur le visage, parfois dans le cou et pour les jeunes filles en particulier jusqu’au décolleté ! L’explication la plus évoquée serait la montée des hormones ? Pourquoi alors certains ados n’ont pas de boutons ? Ils ont moins d’hormones, sont moins près de l’âge adulte que les autres ? Allez leur poser la question, et vous entendrez ce qu’ils ont à vous dire de vous et de votre taux d’hormone ! Et ils auraient raison. Parce qu’en fait, l’acné n’a rien à voir avec un quelconque surplus ou un manque hormonal, mais à tout à voir avec ce que le jeune pense de lui et surtout de ce qu’il pense sur ce que les autres pensent de lui ! Suivez-moi un peu : imaginez une jeune fille qui est mal dans sa peau parce que sa poitrine commence à se développer, parce qu’elle a un visage qu’elle trouve banal, alors que les adultes eux, le trouve ravissant ! D’ailleurs, elle entend dire souvent : « Oh, mon dieu mais qu’elle est belle ! C’est une vraie jeune fille maintenant ! Elle commence à avoir les formes d’une vraie femme dis donc ! » Ces réflexions anodines pour un adulte, sont des agressions pour elle. Elle voit comment les adultes la regarde et parfois, elle y décèle un regard salace ! C’en est trop pour son cerveau à qui elle demande de la cacher, de la protéger ! Son cerveau ne peut pas agir sur l’adulte, lui fermer les yeux, lui faire dire autre chose et lui faire regarder ailleurs, alors il va agir sur l’adolescente elle-même. Il va recouvrir sa peau du visage et autre zone où la jeune femme s’est sentie observé, de boutons rouges, purulents parfois ! Derrière ce masque, elle va repousser ce qu’elle a ressentie comme regards sales et vicieux, même si cela n’en étaient probablement pas ! C’est le même mécanisme pour les garçons. Et souvent, le fait que les adolescents tombent amoureux et « sortent avec quelqu’un », règle bien vite leur souci inesthétique. Pourquoi ? Mais parce que la confiance en eux s’élève, et ils sont regardés avec amour, mais par quelqu’un de leur âge, qu’ils peuvent regarder aussi avec amour ! Les forces sont équilibrées et ainsi, le stress tombe, la confiance en soi remonte en flèche, les boutons disparaissent.

Sourcils :

Et pour la route, une petite anecdote personnelle : le froncement de sourcil ! Il se trouve que j’ai des sourcils assez épais et noirs. Impossible de ne pas les voir ! Eh bien, lorsque j’étais encore dans ma « négative attitude », il n’était pas rare que l’on me demande de sourire, d’être moins sérieuse. Je paraissais, aux yeux des gens, constamment préoccupée. J’en accusais vite fait mes sourcils broussailleux ! Cependant, le fait d’aller voir une esthéticienne qui les dessina ne permis pourtant pas de changer cette impression des gens vis à vis de moi ! Tout simplement parce que je ne suis pas responsable de la tête que j’ai mais je suis responsable de la tête que je fais ! C’est en effet à cette occasion que j’ai eu vent de cet adage qui finalement m’apprit beaucoup plus sur moi que si l’esthéticienne m’avait expliqué tout ses trucs et astuces pour éclairer mon regard et avoir l’air tout le temps ravie et joyeuse !

 

Et vous, avez-vous eu l’occasion de remarquer qu’un petit souci esthétique que vous avez réglé avez eu l’effet d’un grand apprentissage sur vous-même ?