Les « douv’émotions »

(version audio en fin d’article)

Alors, je sais, je vous l’ai déjà proposé cette histoire, mais elle est vraiment trop parlante !

J’ai eu très envie de vous la présenter à nouveau parce qu’à mon sens, elle explique bien la façon dont nous sommes souvent télécommandé par nos émotions.

En effet, qui n’a pas un jour eu affaire à une émotion qui l’a submergée, qui lui a fait penser, dire et faire des choses au-delà du raisonnable, comme ça, juste par défi, juste parce que les sentiments qu’il ressentait avaient pris le dessus sur sa logique, et le côté rationnel des choses ?

Qui n’a pas insulté un autre automobiliste alors qu’il était lui-même en voiture, pour une broutille sans intérêt et sans gravité ?

Qui n’a pas détesté autrui parce que celui-ci ne l’a pas salué ?

Qui ne s’est jamais disputé suite à une interprétation de faits qui aurait mérité une explication au préalable ?

Qui ne s’est jamais enflammé de colère parce que les autres ne sont pas comme il aurait envie qu’ils soient ?

***

 » Parfois, notre logique nous dit de ne pas faire ce que nous faisons, mais nous sommes incapables de nous raisonner !

C’est comme si nous étions envoûté, exactement comme l’histoire incroyable de la fourmi pilotée par un parasite…

***

C’est dans « l’encyclopédie relative et absolue » que Bernard Werber décrit la vie rocambolesque de la douve du foie.

Cet animal doit pour vivre et prospérer, s’implanter dans le foie d’un mouton. Ce qui est extrêmement intéressant c’est la façon, le comment cet animal arrive à bon port !

C’est une grande aventure pour ce petit ver primitif qui, alors qu’il est encore sous forme d’œuf, est expulsé dehors dans les déjections des moutons. Lui et ses congénères, vont attendre patiemment des conditions meilleures pour éclore en de minuscules larves. Celles-ci ont la capacité chimique d’attirer les escargots. A leurs tours ceux-ci sont des hôtes transitoires qui permettront à ces larves de continuer leurs mutations et de devenir des spores, puis des organismes très simples dans leurs constitutions, mais très complexes dans leurs besoins. C’est en bavant que l’escargot laisse maintenant les douves, qui :

- soit se font brouter directement par des ovins,

- soit doivent faire en sorte de se retrouver dans un endroit où elles ont le plus de chance de se faire brouter par des ovins !

Le sillon perlé que l’escargot laisse derrière lui, est une excellente manière d’attirer les fourmis.

Et si une fourmi gourmande se laisse tenter, elle va subir un drôle de traitement ! En effet, lorsque les douves se retrouvent dans son corps, il semblerait que l’une d’entre elles, investisse le cerveau de la fourmi et la conduise telle une machine !!

Etant donné que les douves doivent se retrouver dans le foie d’un mouton, ce parasite, pilote d’élite, va téléguider la fourmi tous les soirs hors de la cité. Alors que cela est totalement contre nature pour une fourmi, de quitter les siennes durant la nuit !

Cette dernière avance comme un zombie dans un près d’herbes qu’affectionnent particulièrement les moutons ! Il faut bien que ces deux là se rencontrent !

Cette fourmi ainsi commandée, va s’accrocher alors à une brindille où elle va rester toute la nuit comme paralysée, jusqu’au lendemain matin, où, de bonne heure, soit elle se demandera ce qu’elle fait là et rentrera avec cette interrogation bien légitime chez elle, dans la fourmilière, soit elle se fera brouter !

Dans ce dernier cas, la douve contenue dans la fourmi, se retrouvera -enfin !!- dans le foie d’un mouton où elle va vivre et prospérer jusqu’à recommencer le cycle de sa vie… Et la boucle est bouclée.

***

C’est tout de même une incroyable façon de vivre que de se servir constamment, à chaque étape de son existence, des autres plus grands et plus sophistiqués et d’en faire des marionnettes ! Ce qui est particulièrement incroyable pour la fourmi, qui n’est pourtant pas une toute jeunette dans l’histoire de la création !

Pour l’ADV, l’être complexe qu’est la fourmi c’est nous et l’être simple qu’est la douve est une émotion.

Lorsque une ou plusieurs émotions prennent le contrôle de notre cerveau, il nous est extrêmement difficile de faire des choix rationnels et logiques. Il est déjà arrivé à tout le monde au moins une fois dans sa vie d’être entièrement piloté par une émotion qui nous fait penser des choses que nous n’aurions jamais penser, qui nous fait faire des choses que nous n’aurions jamais faites et qui nous fait dire des choses que nous n’aurions jamais dites non plus si nous avions été dans le rationnel, dans la logique, si nous avions réfléchi posément aux informations que nous avions à traiter.

Attention, n’est émis ici aucun jugement de valeur sur les conséquences des émotions. Parfois, les résultats de nos pulsions sont très positifs ! Parfois beaucoup moins et nous nous en voulons de n’avoir pas su nous contrôler !

Nous avons le pouvoir, par une prise de conscience accrue et un travail personnel, de reprendre le contrôle de notre cerveau et de faire en sorte que nos « douv’émotions » aillent se faire brouter ailleurs !