Sénèque

 

« Le temps est le bien le plus précieux que nous possédons. Mal l’utiliser ne reflète qu’une façon de fuir ce qu’il y a d’essentiel en nous, c’est se fuir soi-même. » Phrase introductive d’un ancien article publié dans ladv.over-blog, Le temps.

Mais des pensées sur le temps qui passe, je tiens à vous en présenter d’autres et écrite par une personne illustre puisqu’il s’agit du philosophe Sénèque !

Tout d’abord, permettez-moi de vous le présenter :

Sénèque est né en l’an 4 avant JC et est mort en 65 après JC. Il était un philosophe stoïcien, dramaturge et un homme d’état romain. Il eut une fin de vie tout à fait particulière pour un homme de son rang puisqu’il finit par être détesté par Néron en personne qui le condamna à mort en 65. Cependant, alors qu’il était puissant et respecté, il avait déjà envisagé sa fin, même si ce n’était certainement pas celle-là, et prit ses dispositions.

C’est bien avant d’être contraint à se suicider qu’il écrivit un texte parlant du temps qui passe, nommé « De la brièveté de la vie ».

Dans ce texte, il philosophe sur l’existence, la façon de traverser celle-ci et son pendant, la mort. A un moment, il déduit, en parlant d’une personne âgée qui se plaint du fait que la vie passe vite :

« Elle n’a pas vécu longtemps, elle est longtemps restée sur terre »

Je trouve cette phrase extraordinaire ! Sénèque nous met en garde : ce n’est pas parce que certaines personnes sont âgées qu’elles ont forcément vécu une vie remplie de l’essentiel, de leur essentiel !

Combien de fois, entendons-nous des gens se plaindre du fait que la vie leur semble courte ?

Combien de fois entendons-nous : « le temps passe si vite que nous ne pouvons pas faire ce qui nous tient à cœur ! Après avoir travaillé dur pour les autres, nous n’avons pas le temps de vivre pour nous ! »

Ne pas avoir longtemps vécu mais être longtemps resté sur terre parle du désarroi que ressentent parfois certaines personnes à l’orée de leur vie ! Ces personnes-là ont vécu pour les autres, pour plaire, pour gagner leur vie et pour toutes sortes d’obligations. Parce que la vie, telle qu’elle leur a été présentée et telle qu’elles l’ont accepté semble être comme ça, remplie de pleins frénétiques et d’un grand vide existentiel !

A tous ceux qui disent : « Mais enfin, tout le monde vit cela ! » ou bien « Nous n’avons pas le choix ! », Sénèque a écrit pour eux ! Il met en évidence le risque lié à vivre une vie d’obligation et non une vie choisie. 

Sénèque parle de son époque et de ses contemporains, mais ce qu’il dit nous parle aussi fort plus de 2000 ans après ! Encore de nos jours, les mêmes questions se posent face au temps et à l’utilisation que nous en faisons.

Il semble penser qu’il n’y a que deux possibilités pour mener sa vie :

  • ou les gens passent à côté d’elle, perdent leur temps en diverses besognes sans importance, finissent par se retrouver face à leur finitude totalement perdus et suppliants le ciel de leur laisser encore un peu de temps sur terre,
  • ou ils passent leur temps à apprendre à se connaître afin de comprendre la nature profonde de leur être et ainsi accéder à la sécurité et à la confiance en la vie. Ces gens-là arrivent donc au bout de leur chemin sur terre, heureux de l’avoir emprunté, avec la sensation d’avoir traversé une vie longue et bien remplie de ce qui est essentiel pour eux. 

Face à cette alternative, nous pourrions nous demander s’il n’y a pas une troisième possibilité, ce qui pourrait au moins nous laisser le choix…

Cette possibilité serait de commencer sa vie en partant à la recherche du talent particulier qui est au fond de nous, de le faire grandir en même temps que notre être merveilleux unique et génial. Lorsque cette phase de recherche de l’essentiel est passée, nous pouvons alors nous tourner vers les autres pour leur apporter notre confiance et notre paix intérieure ! Ce qui fait que nous faisons la synthèse entre le monde immatériel, le monde des concepts tous inter-liés, qui est celui où nous partons à la recherche du principe qui nous a fait, et le monde ordinaire, physique, celui qui nous entoure, et qui nous permet d’interagir avec les autres !

Car, une fois que nous savons qui nous sommes (être), nous pouvons poser des actions en conséquence (faire), puis, nous recevons immanquablement les fruits de nos initiatives (avoir) et ceci renforce notre être !

La spirale vertueuse est alors en marche.

C’est aussi cela l’art de vivre !

***

Pour finir cet article, je vous fais part d’un petit délire qui a traversé mon esprit.

Je me suis mise à imaginer Sénèque me poser la question : «Es-tu sûre de ne pas perdre ton temps lorsque tu écris en ce moment même sur ce blog ?»

Question à laquelle je réponds sans sourciller, droite dans mes bottes :

«Certes non, Oh grand Sénèque ! Car ce temps-là passé à faire découvrir l’ADV convient parfaitement à la mission qui me fait vibrer et que j’ai accepté de mettre en avant dans ma vie, à savoir la transmission ! Il n’y a, à mes yeux aucun ouvrage plus noble que celui-là et mon temps employé à cette tâche est autant de temps gagné pour moi !»

Oui, je sais, je me vante ! Mais à chacun ses doux rêves !

 

Et vous, comment rêvez-vous remplir votre temps ?