Le projet de vie

(Version audio en fin d’article)

 

Nous entendons dire couramment, concernant les maladies, les accidents et autres calamités qui nous tombent dessus, que seuls les éléments extérieurs les provoquent !

Il y a bien longtemps, disons, au moyen-âge plus particulièrement, chaque domaine de vie était pourvu de sa superstition, et tout était expliqué par les bienfaits du bon dieu ou les méfaits du malin. Les gens guérissaient parce que Dieu en avait décidé ainsi et ils mourraient de la même manière…

Plus tard, la science a mis un visage, si l’on peut dire, sur le méchant virus, sur les méchantes bactéries, sur la méchante tumeur, qui « attaquent » à l’aveuglette les pauvres personnes innocentes.

Puis, encore un peu plus tard, et ce grâce aux progrès de la médecine, nous avons pu envisager de faire retomber la faute sur la personne malade elle-même puisque : « elle n’avait qu’à faire attention à sa santé ! » Depuis ce point de vue, il n’est quand même pas difficile de comprendre que fumer comme des pompiers, boire comme des trous, manger comme des gloutons, veiller toutes les nuits, ne pas bouger son corps et ne se soigner que lorsqu’il est trop tard, ne peut pas faire du bien ! Sauf si l’on sait que nous sommes autre chose qu’un corps, mais cela est un autre débat !

Donc, sont apparus petit-à-petit, les idées que nous sommes responsables et coupables de ce que nous faisons subir à notre corps…

C’est une bonne chose, mais mon Dieu !! -tiens, le voilà encore ici celui-là !- que c’est culpabilisant !

A ce propos :

- Les médecins disent : « Un cancer du fumeur ? Tant pis pour vous ! Vous ne pouvez pas dire que vous n’étiez pas prévenu après tout ! Il ne vous reste que… attendez, je consulte les statistiques… six mois à vivre !… Tant pis ! » Au revoir, comme disait Giscard !

En réalité, les médecins disaient cela ! Maintenant, ils pratiquent… des cours de théâtre, en formation,-si si c’est vrai !- pour annoncer aux malades qu’ils vont mourir de façon plus élégante, plus humaine en quelque sorte ! Médecin est un métier très complet vous voyez ! C’est aussi beaucoup de communication après tout ! Bien se présenter, bien jouer son rôle est primordial de nos jours. Les gens sont de moins en moins enclin à se laisser parler comme des moins que rien… Les jeunes médecins sont maintenant tous compétents et adorables ! C’est presque un plaisir de se vautrer dans la maladie pour se sentir pris en charge… par de très bons acteurs finalement !

OH NON ! J’EXAGÈRE !!

De toute façon, j’ai beau plaisanter -oui, parce que, là, je plaisante !- ils sont forts compétents et formidables -et j’étais fort minable comme dit la chanson !

Bref, pour en revenir au verdict, il fait perdre virtuellement la tête, tout comme la guillotine, qui elle les faisait réellement tomber, de façon nette et précise, notamment celles positionnées juste sur son passage. C’est vrai que -parfois gloups alors !- c’est un peu radical, mais être responsable de ce qui nous arrive contient malgré tout une part de vérité… pour ceux qui ne partent pas à la recherche de ce que le mal a dit seulement !  Je ne peux pas me résoudre à taire cette petite précision aux conséquences énormes quand-même !

- Les psychologues quant à eux disent : « Surtout, ne culpabilisez pas ! Cela n’est pas vraiment de votre faute, vu ce que vous avez subit dans votre enfance avec votre mère ! » Oui, parce que mesdames les mamans, dans 99 % des cas, c’est de votre faute quoiqu’il arrive à vos enfants… je pense même que cela doit être une loi cosmique ou quelque chose dans le genre !! (non, je rigole… jaune). Et le psychiatre de continuer : « vous ne pouviez pas faire autrement que de mettre un écran de fumée entre la réalité et vous ! En plus, au travail, la figure parentale était à nouveau présente en la personne de votre chef ! Regardez, même si c’est un homme, en fait pour vous, il jouait le rôle de votre mère ! Regardez comment tout cela a pu se combiner pour que vous fumiez ! C’était inévitable dans ces circonstances en fait ! Vous êtes victime de tous ces gens toxiques qui gravitaient autour de vous. »

Oui, c’est encore -en partie- vrai ! Et il est évident que basculer ainsi la culpabilité de soi-même aux autres, permet derechef de transformer la teneur de notre dialogue intérieur. Celui-ci passe de :

– « Je ne suis qu’une pauvre loque, j’ai raté ma vie ! »

à

– « Ah les s*#^¤:µ ! Ils se sont tous acharnés sur moi ! Je ne suis qu’une pauvre victime ! »

Ceci ne sont que des suppositions de blablas internes, bien-sûr ! « Faut s’calmer » comme disent les jeunes !! :)

- Certains autres thérapeutes forts sérieux, intègrent et brillants, pensent que le fait de soigner le mal qui produit des toxines et qui n’est que la conséquence de comportements toxiques, par des médicaments chimiques, hautement toxiques aussi est une folie furieuse ! Cela à le mérite d’être assez logique reconnaissons-le ! Ceux-ci préconisent de se soi nier, -oups lapsus !-  se soigner bien entendu, grâce à des techniques ancestrales qui ont fait largement leurs preuves, en tout cas, plus que les pilules aux agents synthétiques, chimiques, pétroliers, sans parler des métaux lourds, des molécules aux doux noms imprononçables mais qui font super sérieux ! -Ah si c’est du trichoréphtanol vasyqueje tembrouille alors, c’est impeccable !- dont nous nous gavons, régulièrement et avec enthousiasme, du moins au début !

Mais je m’égare et pour revenir aux thérapeutes bio sus cités, ils peuvent nous faire un bien fou lorsqu’ils nous proposent des massages, de la réflexologie, de l’aromathérapie, de la mycothérapie, de la lithothérapie, de l’homéopathie, de l’acupuncture, de la musico ou luminothérapie, jusqu’aux bains et onguents aux huiles essentielles. Mais aussi, lorsque, très logiquement encore, ils préconisent que nous changions notre alimentation « morte » en une alimentation « vivante » par exemple, ainsi que de faire des balades en forêt où lorsque nous rencontrons un arbre qui nous « appelle », nous devons aller l’enserrer dans vos bras afin de sentir sa force et recontacter nos ancêtres, pour que cela puisse entrer en nous et nous régénérer de l’intérieur….

J’en oubli c’est sûr, mais tout cela fait tellement de bien que je ne sais plus où donner de la tête !

Et là encore : Oui Oui et Oui ! C’est vrai que vous allez guérir en suivant tous ces judicieux et merveilleux conseils ! Pleins de gens y arrivent et changent d’hygiène de vie aussi grâce à ces techniques ! Alors, cela marche du tonnerre !!

D’autres parlent aussi du fait que si nous rencontrons un malheur et que nous ne pouvons pas l’exprimer, il s’imprime dans notre corps, dans un organe cible qui sera de ce fait le porteur de ce que le mal-à-dit. Devinez un peu où va mon choix de thérapie ? (émoticône clin d’œil que je n’ai pas dans ma panoplie d’outils mais que j’adorerai pouvoir positionner ici !! )

Un choc psychologique, et cela peut aisément se comprendre lorsque nous connaissons un peu le fonctionnement de notre cerveau-ordinateur, nous permet d’expliquer les maladies, dans le sens où elles sont des solutions parfaites de survie souvent, en rapport direct avec le ou les stress vécus. Petite précision en passant : ce choc peut aussi ne pas avoir été subit par la personne mais par un de ses ancêtres, n’en déplaisent aux puristes ! Et cela donne la chose suivante : nous sommes malades, nous avons mal, nous sommes alités parfois ! C’est assez terrible et souvent grandement décourageant, surtout face à l’impuissance du corps médical. Le dévouement, la bonne volonté et « l’oscarisation » ne suffisent pas toujours ! Mais nous sommes en vie ! Et pour l’ordinateur que nous avons dans notre crâne, cela est une solution gagnante !

Vous trouvez cela bizarre ?

Tapotez sur votre ordinateur dans votre bureau et demandez lui, de vous imprimer un papier en appuyant sur la touche effacer ! Vous verrez alors que si vous n’avez pas sa logique, même si vous lui demandez très gentiment -ce dont je ne doute pas- même si vous la voulez vraiment de tout votre cœur, cette impression, même si l’imprimante est bien branchée et en marche, le document sera effacé et puis c’est tout ! Grâce à cette analogie, nous voyons bien que cela n’est pas si bizarre que ça finalement ! Sauf pour ceux qui pensent que l’ordinateur dans votre bureau vous en veut personnellement et n’en fait, en général, vraiment qu’à sa tête !

Donc, même avec cette dernière approche que je recommande chaudement, et qui m’a personnellement sauvée deux fois la mise en me faisant comprendre ce que le mal avait à me dire, eh bien, vous mourez quand-même ! Certes, vous mourez en ayant compris ce que le mal a dit, mais parfois, et souvent même, cela vous fait une belle jambe !

 

Non parce que :

– Vous pouvez guérir en pensant que Dieu vous a sauvé,

– Vous pouvez guérir en pensant que la belle médecine allopathique vous a sauvé,

– Vous pouvez guérir en pensant que la psychologie vous a sauvé,

– Vous pouvez penser que le naturopathe et les puissantes plantes, huiles essentielles, et autre régime macrobiotique vous ont sauvé,

– Vous pouvez enfin penser que le fait de comprendre le conflit et le solutionner vous a sauvé,

Mais en réalité, savez-vous ce qui vous a vraiment sauvé la vie ?

Non ?

Pas d’idée ?

VOTRE PROJET DE VIE VOUS A SAUVE LA VIE !

Seul le projet de vie que vous avez en vous, ou que vous avez laissé monter en vous vous sauvera vraiment !

C’est tout et c’est énorme !

Le projet de vie et seulement le projet de vie ! -j’arrête là d’insister, je crois que vous avez compris !-

Dans l’existence que nous menons, nous obtenons exactement ce que nous désirons obtenir, même si les résultats nous semblent négatifs. N’oublions pas, que même si des gens jeunes meurent, alors qu’ils sont en train de faire construire leur maison, par exemple et que leur premier enfant arrive, ils n’ont pas totalement acceptés leur projet de vie ou n’en ont pas un suffisamment fort pour continuer à vivre ! Sans doute, pour vous, une maison, un enfant à venir sont de beaux projets qui méritent d’être vécu ! Alors vous projetez ce que vous avez au fond de vous, sans voir dans le regard, la voix vacillante, les mouvements de corps, que la personne en face n’en veut pas de tout cela ! « Mais pourtant, il semblait tout à fait heureux de m’annoncer coup sur coup ces nouvelles ! vous dites-vous les sourcils froncés, cherchant dans votre mémoire. -non, mais je ne vous vois pas vraiment, mais j’imagine très fort votre tête- Ravi vraiment de rentrer dans le rang, de s’endetter pour payer les mensualités de sa maison, et de se lier à vie avec une femme, merveilleuse au demeurant, et ce petit d’Homme qui est sa chair et son sang… pour la  vie… Gloups !! Vous l’avez vu pourtant, vous seriez prêt à le parier ! D’ailleurs, il vous l’a même dit les yeux dans les yeux : son bonheur était total !

Pourtant, aussi sûr que « Supprim » n’est pas « Imprim »  le cerveau ne se trompe jamais !

Un projet de vie = Vie, même très malade…

Pas de projet de vie, même si ce serait inexact de dire que c’est un projet de mort = Mort, même en parfaite santé…

 

Conclusion très ladévine de tout cela :

« Ce n’est parce que l’on est malade que l’on meurt, mais parce que l’on n’a pas de projet de vie ! » et toc.

Bon, la chute est un peu rude, mais je n’ai rien de mieux à vous proposer !!