La silhouette en décodage

Pour faire suite au dernier article, voici donc une réflexion sur ce que nous voyons de nous, ce que nous donnons à voir aussi : notre aspect, notre silhouette.

Là aussi, vous allez voir que ce que nous pensons logique et normal, ce que la majorité des personnes veulent, c’est-à-dire une silhouette parfaite, plutôt mince, est loin d’être une évidence pour notre cerveau-ordinateur.

Je ne reviendrais pas sur ses programmations de base que j’ai largement développées dans l’article « l’obésité en décodage », mais je vais expliquer, pourquoi vouloir maigrir et pourquoi focaliser en négatif sur sa silhouette est complètement contre-productif.

C’est bien simple, pour les premiers hommes, être trop maigre était le seul grand conflit de survie lié à la silhouette. Pour le cerveau, la maigreur est associée aux périodes de famine que l’humanité a souvent connue. Lorsque les gens étaient maigres, ils étaient, à plus ou moins long terme, condamnés à mort car petit-à-petit, ils n’étaient plus assez vigoureux. Ils perdaient leur capacité de courir après leurs proies,  ou de sauver leur vie face à un prédateur, ou d’attendre des temps plus cléments et des chasses bien meilleures.

Dans ces conditions, à ces époques-là, être maigre était signe de mort. Et ceci est encore inscrit dans le cerveau archaïque.

Donc, actuellement lorsqu’une personne trouve disgracieuse une partie de son corps, le cerveau le traduit comme si l’individu se trouvait trop maigre : pour lui l’esthétique ne compte pas !

Le seul conflit de silhouette qu’il prend en compte est celui du moins vers le plus !

Il commande donc au corps de grossir. Dans ces cas-là, le cerveau ne peut agir qu’en créant de la masse ! Si vous  focalisez sur une partie de votre corps, le cerveau archaïque demandera au corps de rajouter de la masse !

Donc, une telle programmation, parce que nous ne connaissons pas ce mécanisme, ne fait que renforcer ce que l’individu veut voir disparaître : l’embonpoint disgracieux.

C’est pour cette raison que le seul régime qui marche vraiment à long terme c’est l’amour inconditionnel que nous devons nous donner. Plus nous nous acceptons, plus nous aurons le poids qui nous convient et la silhouette que nous devons avoir.

Précision anatomique qui vient étayer le fait que stocker est une fonction de survie. Je veux parler du fait que lorsque l’on mincit, les cellules graisseuses où adipocytes se vident, mais elles ne disparaissent pas. Elles sont toujours là. Et dès que nous faisons moins attention à notre alimentation, nous stockons alors encore plus qu’avant. Les cellules vides se remplissent à nouveau et nous grossissons encore plus.

C’est le fameux effet yo-yo des régimes.

C’est parce qu’avec le régime, surtout lorsqu’il est trop strict et qu’il entraîne des privations, le cerveau enregistre que nous avons été en manque de nourriture et pour ne pas risquer de mourir à la prochaine disette, il va stocker encore plus. Les adipocytes vont alors se distendre pour se remplir, et des nouvelles vont même apparaître ! C’est ainsi que le corps fait des réserves plus importantes que la fois d’avant !

C’est l’exemple type de ce qu’il ne faut pas faire mais que la majorité d’entre nous fait par méconnaissance de la façon dont le cerveau fonctionne et est programmé !

Vouloir aller à l’encontre de ce mécanisme archaïque, ne vous apportera que des déceptions ! Pour simplifier : vous mincirez avec plaisir, en pensant que tout va bien, alors que votre cerveau est en panique ! Vous regrossirez avec angoisse alors que votre cerveau est rassuré !!

Il est aussi à signaler que les réserves graisseuses chez les femmes sont plus élevées que chez les hommes puisque celles-ci sont physiologiquement programmées pour enfanter. Faire développer un enfant en soi, nécessite d’avoir des réserves au cas où une période de disette se présenterait. Même les plus minces d’entre nous, possède donc la fameuse cellulite. Elle a une fonction primordiale, inutile de lutter !

Le sport est un outil utile pour sculpter sa silhouette mais pas indispensable. Pratiquer un sport uniquement « pour mincir » est en général un mauvais calcul. Par contre pratiquer un sport parce que tel est votre désir profond vous sera, évidemment, toujours bénéfique !  Parce que le sport passion divertit et sa pratique déclenche un grand plaisir ! Et de ressentir du plaisir, augmente la confiance et l’amour que nous nous portons. Là est le véritable bénéfice du sport. Et ce bien-être intérieur là se verra à l’extérieur !

Le seul régime possible compatible avec le cerveau ordinateur c’est de s’accepter tel que l’on est, et c’est de manger régulièrement de tout, absolument de tout sans excès !

Aimez-vous, faites-vous plaisir, et après manger !

Annonce : Prochainement, sortira mon quatrième ebook, intitulé « Croyances et alimentation ». Vous y découvrirez mon histoire personnelle avec l’alimentation et aussi des explications supplémentaires sur notre fonctionnement vis-à-vis de la nourriture. J’y décris aussi quelques astuces pour faire du cerveau-ordinateur un allié de poids.

… mais j’aurais l’occasion de vous en reparler.

Merci et à bientôt