La fusée

 

Je voudrais vous exposer ici une théorie qui se résume en une phrase :

Nous sommes tous des fusées

Symboliquement parlant bien-sûr !

Nous avons tous ce potentiel extraordinaire qui fait que nous pourrions, si nous le voulions vraiment, décoller et nous envoler vers notre destinée la plus élevée qui soit.

Vous avez sans doute tous eu cette sensation qu’il existe du grandiose en vous, un potentiel que vous n’avez pas eu l’occasion d’exploiter. Je suis sûre que pour certains d’entre vous, vous savez de quoi je parle. Lorsque vous êtes aligné avec ce qui vous intéresse vraiment, avec ce que vous savez faire, vous savez alors que rien ni personne ne pourrait vous résister.

C’est de cette puissance-là dont je veux parler.

Elle est comparable aux puissants moteurs d’une fusée. Et vous avez besoin d’au moins toute cette force pour vous extirper de la routine du quotidien et des habitudes.

Une fois que vous savez ce que vous voulez faire, où vous vous voulez vraiment aller, c’est comme si vous aviez mis le cap sur une destination précise dans le ciel étoilé.

Lès Brown dont j’ai déjà parlé (lire article), nous dit : « Visez la lune, si vous ne l’atteignez pas, vous vous retrouverez tout de même parmi les étoiles ». Même si Lès Brown voulait parler de ne pas avoir peur de se fixer un but élevé, je trouve cette citation très à propos avec la fusée dont je parle.

Avec votre potentiel, vous avez mis le cap vers votre destination idéale. Vous êtes dès lors prêt à décoller !

 

Mais…

Mais enfin !!

Mais pourquoi vous n’y arrivez pas !!

Mais pourquoi vous ne décollez pas !!

Mais pourquoi vous restez collé au sol !!

Vous avez tout pour vous : vous avez le talent, les capacités, l’envie, mais vous restez là !

Que se passe-t-il donc ?

C’est très simple : vous êtes retenu par des freins puissants.

Pour retenir à terre une fusée, se trouvent des tirants. Dans votre vie, les freins puissants qui vous retiennent sont vos tyrans ! (Permettez le jeu de mots, je le trouve extraordinaire !)

Vous êtes donc maintenu au sol en quelque sorte, incapable d’avancer vers votre objectif même si celui-ci est très motivant pour vous et vous va comme un gant. Il reste des attaches, des liens qui vous contraignent à l’immobilisme. Parfois, cela s’apparente plus à des élastiques d’ailleurs : vous commencez à prendre votre envol, vous y croyez, mais une force semble vous retirer vers l’arrière et vous voilà revenue à votre point de départ !

C’est rageant quand même !!

Mais alors que faut-il faire ?

Le mieux est de vous retourner, momentanément,  et de « mettre les mains dans le cambouis » ! Autrement dit, vous allez devoir vous détacher de vos « tyrans » qui vous empêchent d’avancer !

Car, il se peut, et cela arrive souvent, qu’une ou plusieurs de vos valeurs ne soient pas en adéquation avec votre objectif, qu’une peur profonde et irrationnelle vous empêche de prendre votre envol, qu’une croyance limitante fasse son travail de sape, ou qu’un doute, même minime stoppe votre progression ! Il se peut même que ces peurs, ces doutes, ces croyances ne vous appartiennent pas mais elles sont en vous, elles agissent sur vous, à votre détriment.

Rien de tel, si vous n’en avez pas conscience, que de prendre le temps d’y réfléchir, de réparer, de décrocher, et de transformer tout cela ! C’est vrai que peut-être vous allez pleurer de rage parce que les « décrochages » prennent plus de temps que prévu, parce que cela peut faire mal aussi. Et vous ne pouvez pas partir si quoi que ce soit est abîmé ! Si tel est le cas, il vous faudra en prime réparer ! Cela peut prendre du temps mais qu’importe ! Le plus important est de mettre toutes les chances de votre côté pour que vous partiez avec le maximum de fiabilité et de facilité.

Car, n’oubliez jamais la raison pour laquelle vous voulez décoller : aller vers votre objectif.

Le fait de se retourner vers ce qui tient au sol détourne de l’objectif rêvé ; nous lui tournons carrément le dos ! Notre objectif est derrière nous. Faisons en sorte de ne pas rester dans cette position trop longtemps !

Car lorsque nous aurons fini de briser les liens qui nous retiennent, il sera grand temps de se tourner résolument vers notre objectif motivant. Et les yeux levés vers lui, nous pourrons alors laisser échapper la toute-puissance de notre moteur interne qui nous propulse à toute vitesse vers notre belle réussite. Telle la plus magnifique des fusées s’élançant vers l’infinie et au-delà ! (comme le dirait Buz l’éclair !)

Grandiose !!

Et remarquez aussi qu’au décollage…

même si elle déploie sa pleine puissance, la fusée ne semble pas aller très vite. Elle rencontre effectivement beaucoup de résistance, et ce tout au long de son passage dans l’atmosphère. Puis lorsqu’elle en sort, elle est allégée de nombreux équipements. Elle semble n’être plus qu’une petite capsule, mais au combien essentielle !

Il en va de même avec notre trajet qui nous mène vers notre objectif. Au démarrage, nous rencontrons de nombreux freins, des endroits d’échauffement pour notre carlingue, de la résistance non pas due à l’attraction terrestre, mais à l’attraction que représente notre confort. Cependant, plus nous nous éloignons de celui-ci, moins nous sommes soumis à ces frottements et plus nous prenons de la vitesse. Les obstacles rencontrés ont de moins en moins la capacité de nous freiner ! Nous sommes lancés à grande vitesse. Puis, nous lâchons en cours de route ce que nous pensions essentiel mais qui s’avèrent être des vestiges du passé. C’est ainsi que loin de l’atmosphère pesante d’avant, nous rentrons dans un espace-temps où tout est plus facile, allégé et où nous pouvons enfin nous retrouver face à nous-même avec ce qui est essentiel.

Que pensez-vous de cette analogie entre ce que nous sommes capables de faire lorsque nous savons exactement ce que nous voulons et une fusée spatiale ?

Et vous, avez-vous entamé ou êtes vous en train de lâcher des tirants pour vous envoler vers un but motivant ou une nouvelle vie ? Je serais ravie de connaitre la façon dont vous avez préparé votre fusée, et comment vous avez vécu le trajet…

Au plaisir de vous lire