Inspiration ou révélation ?

 (Version audio en bas d’article)

La semaine dernière, dans le dernier article que je vous ai proposé, j’ai expliqué de quelle manière, à mon avis, être inspirant est bien plus puissant qu’être aidant. Et c’est en menant plus profondément cette réflexion, que je me suis posé la question de la nature de l’inspiration.

Qu’est-ce que être inspiré par quelqu’un au fond ?

Il se trouve que l’ADV, tel que je le pratique, m’a permis de répondre à cette question… que personne ne se pose, j’en ai conscience, mais que je suis heureuse de développer avec vous quand même !!

Rires, :) Lol, humour et fantaisie !!…

Hum…

***

Bien, nous avons vu ensemble qu’être inspiré par une personne peut nous aider, nous transcender, nous rendre meilleurs, et évidemment, ceci nous élève.

Or, si nous pouvons voir des choses inspirantes chez les autres, c’est bien parce que nous y sommes personnellement sensibles.

Autrement dit, si quelqu’un est inspirant pour moi :

– d’abord, il ne l’est pas forcément pour vous,

et puis,

– cela vient du fait que certains aspects de lui me sont tout à coup révélés. Quelque chose en lui me parle, me concerne, m’attire, me donne envie.

Bref, je vois quelque chose chez l’autre, mais pour que cela puisse être possible, il est incontournable que cette chose soit aussi en moi ! C’est comme si je reconnaissais en l’autre une partie de moi ! En tout cas, telle est ma sensation profonde !

Et ceci est la parfaite définition de l’effet miroir !

J’ai l’impression d’être inspirée. En fait, je suis face à la révélation d’une partie de moi !

Rien de mystique là-dedans, juste le fonctionnement normal du cerveau-ordinateur. Il paraît, en effet, bien difficile d’être sensible aux choses dont nous ignorons l’existence. La pensée des hommes ne peut pas s’élever au-delà de ce que le cerveau peut élaborer. Autrement dit, nous ne pouvons pas voir, entendre, ressentir, comprendre ce que nous ne sommes pas en mesure de voir, entendre, ressentir et comprendre !

Cette croyance amène sur le sujet, deux points de vue qui peuvent être totalement opposés :

– nous pouvons croire que nous sommes restreints, finis, limités, et que jamais nous ne pourrons être mieux que ce que nous sommes dès le départ. C’est bien triste comme point de vue, mais l’idée que nous ne pouvons pas vraiment changer en profondeur est encore largement répandue.

– ou nous pouvons penser, comme moi, que nous avons tout en nous, absolument toutes les connaissances de l’humanité entière, en potentiel en tout cas, et que, « découvrir » des choses nouvelles n’est en fait que la révélation des connaissances que nous avons déjà au fond de nous, tout au fond.

Lorsque j’ai l’occasion de développer certains concepts ladévins par exemple, j’entends souvent les gens me dire :

« Ah ça, je le savais au fond de moi, mais je ne savais pas comment le dire ! »

Pour moi, c’est un début de preuve que nous avons tout, absolument tout en nous. Nous le reconnaissons ou pas, nous le faisons croître ou pas, c’est tout !

Finalement, en allant loin dans cette réflexion, je me disais qu’il se pourrait même que les autres révèlent, mettent en lumière, fassent un zoom sur nos capacités, nos rêves ou toutes autres possibilités qui nous inspirent chez eux, comme s’il s’agissait de nos reflets !

Si j’osais, je dirais même que les autres n’existent dans mon monde que parce qu’ils m’enseignent quelque chose de précieux, d’essentiel. Il est donc de ma responsabilité d’être suffisamment ouverte afin de retirer le meilleur des leçons émises…

Si nous acceptons cela, alors il ne tient qu’à nous de nous laisser inspirer par ce qu’il y a de plus grand, de plus beau, de plus aboutit chez les autres ! Mais aussi par ce qui nous rebute, nous dégoûte, nous repousse !!

Permettez-moi de vous présenter mon expérience, pour vous éclairer sur ces propos :

– Lorsque j’ai l’occasion de croiser une personne que je juge sympathique, que croyez-vous qu’il m’arrive en fait ?

Eh bien tout simplement je me reconnais en elle, et dans de nombreux cas, c’est réciproque. Une partie de moi se reflète parfaitement dans une partie d’elle ! C’est ainsi que naissent les échanges cordiaux, les collaborations, les amitiés aussi.

– Évidemment, lorsque je m’éloigne d’une personne parce qu’elle m’est antipathique, le même mécanisme rentre en jeu. Je reconnais en elle des parties de moi que mon mental conscient n’apprécie pas du tout ! Parce que, aussi éloignée de ce que je veux être, c’est une de mes facettes qui se manifeste là, devant mes yeux désabusés !

Et si je me m’abandonne à la critiquer (solution de facilité extrêmement répandue) c’est une partie de moi que je critique ni plus ni moins !

Et toc !…

Et aïe !

Croyez-moi, avant de faire de ce mécanisme une croyance aidante pour moi, comme tout le monde, j’ai souvent été prise dans les méandres de ces réflexes de répulsions. Après tout, il n’y a rien, dans l’absolu de bien méchant ! Mais par contre, comme cela va à l’encontre de ce que je veux dans ma vie, de ce que je considère comme mon évolution, alors, je me corrige vite fait ! J’accepte cette partie en moi qui me dérange, m’agace et m’irrite. Je l’accepte pour mieux la faire évoluer vers ce que je veux vraiment pour moi.

Merci Mme Révélation !!

***

Donc, pour résumer cette réflexion en une phrase : nous pourrions dire que les sentiments positifs ou négatifs ou tous les autres aspects que nous inspirent autrui ne seraient que la révélation de certaines parties de nous !

En tout cas, c’est ce que j’en ai déduit pour moi !

Et vous, avez-vous fait les mêmes constatations ?