Il n’y a pas que dans les vieux pots… 6

***

Autre phénomène : Akrit Jaswal.

À l’âge où d’autres -je veux dire tous les autres-, jouent au médecin, lui fait de la médecine !!

Surdoué, Akrit Jaswal a donc choisi le monde médical et chirurgical pour terrain de jeu. Né le 23 avril 1993, il a donc 23 ans dans quelques jours. À 10 mois, il commençait à parler, à 4 ans, il lisait Shakespeare !  À 7 ans, il fit littéralement sensation dans son pays, où il réalisa sa première intervention chirurgicale. Sa patiente : une jeune fille de 8 ans qui avait les doigts collés et recroquevillés à cause d’une brûlure qu’elle a subie lorsqu’elle était plus jeune. Elle retrouva l’usage de sa main à la suite de l’intervention d’Akrit Jaswal. Il est précisé que la jeune fille opérée est issue d’une famille de berger qui n’avait pas les moyens de faire appel à un chirurgien classique.

Le mini film que je vous propose ici, a fait le tour de la planète et a « consacré » en quelque sorte, le jeune Akrit Jaswal comme le plus jeune chirurgien du monde :

NB1 : je vous mets cette vidéo de 2 min 42, qui semble vraiment être une vitrine de publicité pour vanter les mérites de ce jeune garçon. Apparemment, son père aurait tout fait pour que les autorités indiennes reconnaissent les talents de son fils et qu’il soit admis dans les plus grandes écoles. Ceci explique peut-être cela. En tout cas, cette mini vidéo n’enlève rien aux mérites du jeune garçon : il faut du cran et de la confiance en soi pour faire ce qu’il a fait, surtout à 7 ans !

 

NB2 : Si vous êtes anglophone, pas de soucis.

Si vous ne parlez que français, voici la marche à suivre :

- pour avoir des sous-titres en français, très très mal traduits (désolée, je n’ai rien trouvé de mieux !), taper « paramètres » (la petite roue en bas à droite de la vidéo), puis « sous-titres », ensuite « traduire automatiquement », et enfin, faites dérouler jusqu’à « Français ». Alors, comme vous allez vous en apercevoir, lorsque le jeune garçon parle, c’est vraiment hyper mal traduit. Heureusement, il ne fait pas de grands discours ! Autrement, les images peuvent vous donner un aperçu du bonhomme et de ce qu’il a fait…

***

Légende : à 6 ans, il avait déjà une telle connaissance du corps humain et de la médecine en général que les chirurgiens officiants à côté de chez lui, ont accepté qu’il assiste à des interventions chirurgicales en leur compagnie. Le jeune garçon apprend vite, c’est le moins que l’on puisse dire. Il « opère » donc, lui aussi et après l’intervention réussie sur la jeune fille, la renommée du jeune « guérisseur/médecin » (en Inde, ce sont les croyances courantes) devient grande (et c’est un doux euphémisme !). Ainsi, de nombreuses personnes venaient le voir pour qu’il leur donne des conseils sur leur santé. Alors, info ou intox, je ne puis vous assurer l’information bien entendu, sauf que le jeune Akrit Jaswal est tout de même passé dans le « Oprah Winfrey show »,

https://positveray.files.wordpress.com/2011/04/akrit-with-oprah.jpg une émission de télévision américaine très suivie, interviewé par Oprah Winfrey en personne, dont vous voyez l’image juste là en haut, animatrice incontournable et ultra célèbre aux États-Unis… Sujet de l’émission : les enfants surdoués. (C’est un signe quand même !! ;) )

Akrit Jaswal fut aussi reçu par des sommités en médecine dans le monde entier et en particulier en Angleterre.

« Les «Firecracker Films» médias du Royaume-Uni, qui « créent un contenu accrocheur en faisant des films audacieux et élégants, collant à leur marque », ont enquêté sur l’histoire d’Akrit Jaswal et ce sont eux qui l’ont invité à Londres. C’est ainsi que le jeune garçon a pu rencontrer ces éminents chercheurs en médecine.

Ils ont aussi demandé à «Team Focus», une organisation qui évalue l’intelligence, de faire passer des tests au garçon de 12 ans à l’époque, en vu de mesurer son QI. Bilan : pas de décision possible, car les résultats des tests ne furent pas assez concluants. Ils indiquaient un trop large éventail de disparités dans les réponses. (Aïe ! Le jeune garçon ne semblait pas rentrer dans les cases habituelles ! Problème !). Je tiens à préciser que j’ai trouvé régulièrement le nom d’Akrit Jaswal associé à un QI de 146 ! Finalement, quand on veut…

Mais le plus important finalement, c’est qu’aucune de toutes ces tracasseries n’empêche Akrit Jaswal de poursuivre son rêve : trouver un moyen de guérir le cancer. À ce sujet et à cette époque, il disait :

« En fait, je fis ma découverte quand j’avais huit. Je l’ai faite en lisant des livres sur le cancer et en obtenant des informations sur Internet. Ma cure vise à la modification des gènes mal formés qui causent le cancer et de leur réparation réussie soit par l’activation d’enzymes ou soit par la modification directe des médicaments génotoxiques. » (Je ne peux que pleurer à ces déclarations, mais bon, ce n’est pas le sujet de l’article ! Snif quand même !)
Cependant, Mustafa Djamgoz, (professeur de cancérologie à l’Impérial Collège de Londres et président du Collège de médecine), qui a passé du temps avec l’enfant, a déclaré :
« Il ne fait aucun doute qu’Akrit Jaswal est un garçon brillant. Il connaît vraiment son affaire et a mis son cœur, son âme et son esprit dans la recherche d’un remède contre le cancer. Mais sa solution n’est pour l’instant pas valide. En théorie, cela pourrait fonctionner, mais il serait prématuré de dire qu’il a trouvé un remède. » (Ouf ! Le grand médecin « qui n’en sait pas plus que les autres à ce sujet », le remet à sa place d’enfant « qui n’en sait -pour l’instant je l’espère- pas plus que les autres non plus », vu que ce dernier étudie méticuleusement sur le postulat illusoire, bancale et imaginaire de ses aînés, qui s’obstinent à vouloir nous considérer comme de simples morceaux sans tenter de comprendre ce qui se passe dans notre tout ! Bref, je ne voudrais pas insister, mais je le fais quand même, car ces aînés là, malheureusement, en pratique cette fois, « n’en savent finalement pas plus que rien, eux aussi ! »). Et nous en sommes bien tous là n’est-ce-pas ??? Bref… et rebref !
Les professeurs à l’université impériale ont donc conclu qu’Akrit Jaswal est sans aucun doute un enfant intelligent et confiant, ayant un potentiel médical énorme, mais il doit passer par les processus d’apprentissage traditionnels. Ils lui ont également conseillé de profiter de sa vie d’enfant. Ah ! Sage conseil que celui-ci en effet ; le seul d’ailleurs, qui pourrait lui éviter un cancer justement ou pire encore !… (Hein ???! Mais non j’l’ai pas dit !!! ;) )
De retour en Inde, Akrit Jaswal a intégré le collège Chandigarh, puis a été accepté en tant que plus jeune étudiant jamais admis par une université indienne, à la faculté de biologie, l’IIT Kanpur. À l’âge de 17 ans, il travaillait sur une maîtrise en chimie appliquée. »
Source : http://www.hoaxorfact.com/Inspirational/akrit-jaswal-7-year-old-indian-child-prodigy-performed-surgery-facts-analysis.html
***

Conclusion : son rêve est donc de trouver le traitement miracle contre le cancer et aussi contre le sida. Espérons que son QI élevé lui fasse entrevoir que la maladie ne fonctionne pas comme on nous l’a répété depuis tant d’années ! Une personne comme lui doit au minimum être logique et savoir penser par lui même, non ?! J’espère en tout cas, pour lui en premier et pour nous en second !