Il n’y a pas que dans les vieux pots… 3

Jacob Barnett a 18 ans bientôt, (sur la photo ci-contre, il en a 12), et c’est un génie des mathématiques, entre autres…

Voici son cursus :

« Jacob L.Barnett, né à Indianapolis le , est mathématicien et astrophysicien américain, connu pour son jeune âge.

Jacob Barnett est diagnostiqué autiste de niveau modéré à sévère à 2 ans. Il a étudié en privé avec ses parents.

À 10 ans, il est inscrit à l’Université de l’Indiana sans passer par l’école, ayant appris la majorité du programme de mathématiques de son école en deux semaines.

En 2011, Jacob a publié son premier article, « Origine de symétrie maximale » dans la revue américaine Physical Review. Le professeur Scott Tremaine de l’Institut d’études avancées a déclaré : « La théorie sur laquelle il travaille implique plusieurs des problèmes les plus difficiles de l’astrophysique et de la physique théorique ».

À l’âge de 15 ans, il devient étudiant à l’Institut Perimeter pour la physique théorique de Waterloo en Ontario au Canada et reçoit son diplôme de maîtrise à la fin de l’année 2014. Il est aujourd’hui doctorant de cet institut. »

(source Wikipédia)

Alors d’accord, ce jeune homme n’a pas tout à fait le même profil que David Laroche (présenté dans « Il n’y a pas que dans les vieux pots… 1) et Logan LaPlante (présenté dans « Il n’y a pas que dans les vieux pots… 2). En effet, ces derniers sont exceptionnels principalement par leurs choix de vie. Ils ont décidé de faire différemment par rapport à ce qui se fait traditionnellement. Conclusion, cela marche bien pour eux, et ils peuvent être des exemples positifs pour bon nombre d’entre nous.

Jacob Barnett, lui, est un génie !

Cependant, son histoire est intéressante, car, elle nous apprend deux choses importantes :

1) Ce que l’on considère souvent comme un handicap incompatible avec toute forme d’apprentissage ou de socialisation peut s’avérer bien souvent, une erreur profonde de jugement. Elle révèle aussi nos difficultés à nous adapter à la différence en général. Pour mémoire, en France, nos institutions bienveillantes et indispensables à l’égard des personnes handicapées ont bien failli nous priver d’un philosophe hors du commun : Alexandre Jollien. Cet exemple supplémentaire nous prouve que ces histoires ne sont pas isolées. Je frissonne en pensant à tous les « Jacob Barnett » et les « Alexandre Jollien », sacrifiés, parce qu’incompris…

2) Le niveau de réflexion de ces êtres exceptionnels. Le jeune garçon (puisque c’est le sujet de l’article d’aujourd’hui) nous délivre sa vision de la réussite, et nous donne un conseil précieux. Il nous dit à quel point il est important de penser par soi-même, et si possible, avant même d’avoir appris quoique soit sur le sujet qui pourrait occuper nos pensées. Dans la vidéo de 18 min sur la conférence qu’il a donnée en 2013 à TEDx (voir ci-après), Jacob Barnett a un message principal à faire passer. En voici l’hyper résumé, tiré de la conclusion qu’il fait dans son exposé :

(attention, ceci n’est pas une retranscription mots pour mots, mais pour l’entendre de sa bouche, vous pouvez aller à la 17 : 26 minutes de la vidéo)

« Prenez le domaine qui vous passionne par exemple : musique, architecture, science…etc., et au lieu d’apprendre des choses dans ce domaine, je veux que vous pensiez à ce domaine, pour pouvoir créer quelque chose de nouveau. Au lieu d’être étudiant de ce champ, soyez le terrain ! »

Je ne sais pas vous, mais moi, j’en ai la chair de poule !

 ***

Que se serait-il passé pour lui, si ces parents avaient accepté le diagnostic d’autisme sans rien tenter ?

 

NB : Appuyez sur lecture, puis allez dans « paramètre », « sous-titre », puis « traduire automatiquement » , puis « Français« . Et accrochez-vous à votre siège !!

***

Pour ceux qui ne souhaitent pas regarder la vidéo en entier, voici le lien d’un article présentant cet exceptionnel bonhomme :

http://www.courrierinternational.com/article/2011/05/03/tres-loin-dans-les-etoiles-du-savoir