Gérald de Palmas

 (Version audio en bas d’article)

 

Après Matthieu Ricard, Gérald de Palmas !!

Je sais, rien ou du moins pas grand-chose à voir allez-vous me dire !

Pourtant, il y a une chanson de Gérald de Palmas, dont les paroles, remplies de bon sens, mettent à jour un point de vue, une façon d’être et de faire qui n’est pas dénuée d’intérêt !

Mais je vous laisse juge…

Alors voici ce que Gérald de Palmas dit dans sa chanson « Si tu veux » à une femme qu’il aime et qui, elle, visiblement ne l’aime pas du tout :

« …

Si tu veux danser, avec un autre
Si tu veux coucher dans la chambre d’un autre
J’attendrais, sous la lune
En comptant les étoiles une par une

Si tu veux me voir, à terre
Tomber à genoux, mordre la poussière
Si tu veux ma peau, pas de problème,
Je t’aime »

 ***

Pas mal non pour une simple petite chanson, ne trouvez-vous pas ??

Car sur qui agit le plus ce sentiment puissant qu’est l’amour ?

Sur soi-même bien sûr !!

Le fait d’aimer sans être affecté par le non retour de cet amour, est un signe d’amour vrai !

En effet, quel plus bel et sincère amour que celui qui n’enchaîne pas, celui qui, compréhensif, pense que l’être aimé ne peut être contraint à aimer malgré lui. L’amour veut du bien, c’est la moindre des choses. Mais vouloir du bien au détriment des sentiments véritables ou de la liberté de l’autre c’est une prison, un esclavage.

Lorsque l’on est malheureux parce que l’être aimé ne nous aime pas, ce n’est pas sur lui que nous nous apitoyons en règle générale, mais bien sur nous ! L’amour que nous ne pouvons pas nous donner nous échappe aussi à travers l’autre.

Combien de larmes, de tristesses, de mélodrames dû à l’amour pourrions-nous nous éviter, si nous avions conscience que ce que nous voyons chez l’autre et qui nous fait craquer, est simplement le reflet plaisant de ce que nous portons en nous mais que nous pensons ne pas avoir… C’est précisément cela qu’il serait bien de faire grandir en nous !

Les victimes de l’amour sont des victimes de leur propre non amour personnel en quelque sorte. Il en est souvent ainsi !

Alors, l’amour altruiste que nous donnons, celui qui n’attend rien en retour, se rapproche d’une sorte d’amour idéal. Et pour ceux qui aime la logique et le pragmatisme, voici des petites équations faciles à suivre qui résument ce qui vient d’être dit de façon plus explicite :

  • Vous aimez quelqu’un qui ne vous aime pas + colère et déception = dépendance.

–>  Vous ne vous aimez pas inconditionnellement et ne vous respectez pas comme vous devriez le faire = vous n’aimez pas et ne respectez pas l’autre = non amour.

  • Vous aimez quelqu’un qui ne vous aime pas + cela ne vous dérange pas = indépendance.

–>  Vous vous aimez et vous vous respectez = vous aimez et respectez l’autre = Amour !

***

L’amour se donne, il ne se poursuit pas ! C’est l’évidence n’est-ce pas ?

Voici un scoop : lorsque vous donnez de l’amour non dirigé sur une personne, vous êtes dans l’amour avec un grand A.

Alors, donnons de l’amour de qualité, celui que l’on ne peut pas marchander, et nous recevrons la même qualité d’amour… peut-être pas de la personne bénéficiaire de notre don, mais qu’importe au fond ! L’amour est une énergie précieuse, qui circule, part, va faire des détours chez les autres. Tout le monde en bénéficie : plantes, animaux, humains ! Et selon toutes les lois de l’univers, il nous revient toujours !… Juste être attentif et prêt à recevoir !!

***

Et Gérald de Palmas conclu ainsi sa chanson :

« …

Si tu te demandes pourquoi,
Je ne pleure pas quand tu te fous de moi,
C’est que tu n’as jamais, jamais connu
L’amour qui se donne à corps perdu

Non ne soit pas triste pour moi,
La plus à plaindre dans l’histoire c’est toi
Ma vie n’est plus, plus un problème
Je t’aime »

 

Alors,voilà ce que je vous souhaite du fond du cœur : une vie qui ne soit plus un problème !!

A vous,

Avec tout mon amour…