En fait, le petit doigt pense…

Source : flickr.com – philippe cochard Combien de doigts ?

 

Suite et fin de : Le petit doigt a fait et Le petit doigt a dit …

 

De son côté, le Petit doigt de pied s’explique :

– Ça y est ? Vous avez capté maintenant ? Vous avez compris que je suis prêt à tout pour que vous m’écoutiez ?!

– On a surtout compris à quel point tu es taré mon pauvre ! dit le Majeur de la main droite, responsable de la prise de contact.

– Ah bon, c’est ce que vous retenez de cette action ? Mais sachez que ce n’est que le début ! Je continuerai jusqu’à ce que vous compreniez que j’ai raison !

– Mais nous aussi nous continuerons, car nous aussi, nous pensons que nous avons raison !!

– Alors, ça va chauffer !!

– Et tu crois sans doute que nous allons te laisser faire ? Tu crois que nous n’allons pas réagir ?

– Je crois que vous ne comprenez à quel point je ne supporte pas l’idée de vivre la vie selon vos principes, je pense que vous ne comprenez pas que je ne pourrais jamais changer sur ce point-là et à quel point je souffre de voir ainsi mes idéaux mis à mal !

– Mais nous aussi, c’est pareil ! dit le Pouce de la main, coupant ainsi la parole au Majeur furieux par cette intervention intempestive. Nous pensons exactement les mêmes choses que toi !!

Et le Pouce poursuivit :

– C’est pour cela justement que nous pouvons trouver une solution, parce que nous sommes pareils dans le fond ! Nous avons les mêmes aspirations consistants principalement à vouloir vivre la vie que nous voulons !

– Oui, peut-être ! rétorqua le Petit doigt de pied qui visiblement n’avait pas vu les choses sous cet angle. Alors, arrêtez de vous prendre pour le centre de l’ensemble et arrêtez aussi de penser que vous avez raison et que j’ai tort !

– Oui, cela pourrait s’envisager bien sûr ! Depuis toujours, chacun a sa vérité ! Et si cela va dans le sens de la préservation du corps entier sans lequel nous ne sommes rien, alors tout pourrait s’arranger…

– Mais tais-toi toi ! reprit le Majeur de la main hors de lui à présent en direction de son voisin le Pouce. Tu n’y comprends rien ! Nous n’avons rien à voir avec cette partie qui se permet d’en attaquer d’autres !! Bien la preuve qu’il ne veut pas préserver l’ensemble ! Alors que nous, nous sommes différents, nous voulons la paix !

– La paix arrivera uniquement quand toutes les parties du corps se mettront au diapason avec mes idées ! dit le Petit doigt de pied plus déterminé que jamais.

– Ah, évidemment, si tu n’y mets pas du tiens toi aussi ! dit le Pouce dépité.

– Tu vois, tes histoires de « nous sommes tous d’égale importance pour l’ensemble » et « ce qui est en l’autre est en moi » un peu, où il se les met ? dit le Majeur ravi dans le fond de la tournure de la conversation.

– Au même endroit que nous !! Hahahahaha !! dirent les autres doigts en chœur.

– Ha, ha, ha… Très drôle ! rétorqua le Pouce encore plus malheureux de la réaction de ses collègues. C’est sûr, avec ce genre de réflexion, nous n’allons pas aller bien loin !

– De toute façon, te casse pas la tête ! Je discuterai lorsque mes idéaux feront l’unanimité, dit sûr de lui le Petit doigt se retranchant de plus en plus derrière sa posture.

Le Majeur reprit donc le devant et poursuivit l’affrontement verbal avec le Petit doigt de pied :

– Mais tes idéaux sont tout simplement irrecevables pour nous, ils ne feront donc jamais l’unanimité puisqu’ils sont faux ! Regarde autour de toi, regarde comment l’ensemble a changé, tu sais bien que nous avons évolué et qu’aucune partie ne désire revenir en arrière !

– Ce que vous appelez revenir en arrière, moi j’appelle ça l’avenir. Et vous avez le choix de la décadence que vous prônez, ou de la rigueur morale que je chéris et qui me rassure.

– Mais il n’y a pas de choix. Soit tu es avec nous, soit tu es contre nous.

– Je ne peux pas me résoudre à voir l’existence telle que vous me la présentez. Je ne sais pas si vous pouvez comprendre, mais il m’est impossible de renier mes croyances profondes sur ce que doivent être les choses. C’est trop difficile, au-dessus de mes forces, vraiment !

– Pourtant, il va falloir que tu reviennes dans le droit chemin. Nous, pour le bien-être de l’ensemble, nous devons avoir toutes les parties qui s’entendent et qui sont sur la même longueur d’onde, sinon…

– Sinon quoi ? Qu’est-ce que vous allez faire ? Vous allez m’éliminer peut-être ?

– Possible en effet !

– Possible ? Mais comment cela serait-il possible ?! C’est contraire à toutes vos valeurs ! Vous allez m’éliminer parce que je ne suis pas d’accord avec vous, alors même que vous ne voulez pas que j’élimine ceux qui ne sont pas d’accord avec moi ? C’est n’importe quoi vous savez ça hein !?

– Nous ne voyons pas les choses ainsi. Nous t’éliminons avant que ton aveuglement ne nous élimine tous ! Nous nous battons pour que des parties comme toi ne se retournent pas contre l’ensemble ! C’est nous qui luttons pour une cause juste, pas toi ! N’oublie jamais ça !!

– Attendez, attendez, les esprits s’échauffent pour rien ! dit le Pouce de la main essayant toujours de calmer le jeu. Réfléchissez tous ! Pensez tous au mal réciproque et au mal que vous vous apprêtez à faire à l’ensemble ! Et tout ça au nom d’idées ! Mais c’est absurde, totalement nul, je vous assure ! Si vous souffrez à propos de vos idées, il vous appartient personnellement d’en changer !  Adoptez donc des idées qui vous sont utiles et qui aident l’ensemble ! Les idées, il n’y a rien de plus volubiles que les idées ! Pensez-y au moins !!

– Bon, ça suffit, j’en ai assez de l’entendre à celui-là ! Tuez-le ! Lui en premier ! ordonna le Majeur de la main droite en pointant le Pouce de sa propre main.

Et l’impensable se produisit.

Les mains se mutilèrent : elles éliminèrent le Pouce dans un mouvement de rage absolue. Et, avec la même hargne, le Petit doigt de pied fut éliminé en suivant ! Ainsi, l’ensemble se retrouva sans Pouce de la main gauche et sans Petit doigt du pied droit.

L’ensemble eut mal bien entendu, le corps souffrit énormément de tout ça. Cependant, il fallut peu de temps pour panser les plaies et cicatriser. Et tout revint à la normale. En effet, l’ensemble pouvait très bien se passer de certaines parties porteuses d’idées contraires, c’est vrai… Et curieusement, tout avait l’air d’aller mieux qu’avant ! L’ensemble semblait vibrer au diapason…

Pourtant, dans le fin fond du cœur, une autre croyance subversive pour l’ensemble naissait. Une menace bien plus grande en réalité, parce que beaucoup plus profonde ! Et là, les forces en présence allaient être d’égales importances… Ce que les parties du corps n’avaient pas réussi à faire avec le pouce et le doigt du pied, elles n’allaient pas réussir à le faire cette fois-ci non plus. Et, comme la première fois, campant sur leurs positions, l’issu n’en fut que plus terrible : aucune partie ne fut victorieuse puisqu’aucune ne survécut. Le corps succomba à une terrible lutte interne qui détruit tout sur son passage.

Cependant, au bout du compte, tout ce qui était arrivé au corps était prévisible et rien de tout cela n’était vraiment grave.

Pourquoi ?

Principalement pour deux raisons :

1) Parce que la seule chose que le corps entier n’a pas réussi à faire, c’est de s’adapter aux événements qui lui était demandé de traverser ! Et comme il n’a pas réussi ce challenge, sa fin est logique…

et,

2) Parce que tout est parfait toujours quoiqu’il arrive ! Et que le corps survive ou ne survive pas, la vie reprendra toujours le dessus, sous quelques autres formes que ce soit.

 

*** FIN ***

 

C’est censée remonter le moral !!   :)

J’espère que vous prenez cette histoire pour ce qu’elle est : une simple histoire de pieds et de mains…

Si non,

J’espère que vous prendrez la fin de cette histoire pour ce qu’elle est : une option pour croire que rien n’est vraiment grave car quoiqu’il arrive, la vie gagnera toujours !