Diabol ? Symbol ? (rayer la mention inutile)

Source : Pinterest france : Enregistré depuis entraideapn.centerblog.net

***

Je vais vous raconter deux histoires. Vous devez déterminer quelle histoire est diabolique dans le sens où elle sépare, crée la rupture, la souffrance, et fabrique aussi, de toute pièce, des victimes et des bourreaux,

et

Quelle histoire est symbolique dans le sens où elle rassemble, fait du lien, intègre, créée du sens, fabrique des gens responsables, des alliés compréhensifs et aimants.

À vous de juger :

***

Mme la Patiente :

- Docteur, je suis très malheureuse ! Mon petit ami ne pense qu’à lui. Il agit de façon sournoise, mais je vois bien qu’il ne me respecte pas, d’ailleurs, régulièrement, il me fait sentir que je ne fais jamais rien de bien !

Mme la Thérapeute 1 :

- C’est un classique, votre petit ami est un narcissique pervers manipulateur !

Mme la Patiente :

- Et c’est grave docteur ?

Mme la Thérapeute 1 :

- Très ! Si vous voulez aller mieux dans votre vie, vous n’avez pas le choix, vous devez être courageuse, vous devez lui parler et lui dire que vous avez vu clair dans son jeu. S’il veut sauver votre couple, vous devez lui demander de venir consulter, car ce n’est pas vous, mais lui qui devrait être là face à moi. Malheureusement, ce genre de personne pense qu’il est parfait, il ne se remet que très rarement en cause ! S’il ne veut pas faire cette démarche, c’est qu’il est aveugle à son fonctionnement, et là, il rejettera systématiquement la faute sur vous.

Mme la Patiente :

- Comme il le fait tout le temps, de toute façon alors !

Mme la Thérapeute 1 :

- C’est bien ce qu’il me semblait, vous savez, j’ai l’habitude. À nouveau je vous le dis, si vous voulez vous en sortir, il faut que vous le quittiez. J’ai conscience qu’il va falloir que vous rassembliez toute votre force pour lui dire. Devant votre détermination, il se peut qu’il vous promette de faire des efforts pour changer, et il vous dira certainement que pour cela, il n’a besoin de personne. Il promettra, mais ne tiendra pas ses engagements, car c’est ainsi qu’il est fait !

Mme la Patiente :

- Je ne lui laisse pas une seule chance alors ?

Mme la Thérapeute 1 :

- Si vous voulez un conseil, ne perdez pas votre temps avec ce genre d’individu, car je vais vous révéler quelque chose d’important : si vous avez été capable de vous rendre compte de ce fonctionnement déviant chez lui, c’est que vous faites partie de la nouvelle race de femmes. En effet, nous sommes de plus en plus nombreuses à ne plus pouvoir supporter ce genre de comportement tout droit sorti de l’ancien temps. C’est l’époque qui veut ça, nous sentons monter en nous une nouvelle ère, nous sommes l’avenir, nous ne nous pouvons plus nous laisser faire comme nos mères, comme certaines de nos sœurs encore de nos jours. Nous relevons la tête, nous sommes les filles des amazones, des druidesses, des guérisseuses, nous sommes des femmes fortes, qui n’acceptons plus l’hégémonie masculine ! Il va falloir qu’ils le comprennent, même si cela va être un combat de tous les instants en vérité, car la force des habitudes, certains parlent du poids des égrégores, sont très forts encore et agissent sur nous, malgré nous ! Il ne faut pas négliger ces forces, mais nous pouvons agir tout de même et nous battre pour faire valoir ce à quoi nous avons naturellement droit !

Diabol ?    Symbol ?    (rayer la mention inutile)

 ***

Autre exemple :

Mme la Patiente :

- Docteur, je suis très malheureuse ! Mon petit ami ne pense qu’à lui. Il agit de façon sournoise, mais je vois bien qu’il ne me respecte pas, d’ailleurs, régulièrement, il me fait sentir que je ne fais jamais rien de bien !

Mme la Thérapeute 2 :

- C’est un classique ! Vous êtes narcissique, perverse et manipulatrice, car tout ce que vous voyez chez l’autre, c’est vous qui en êtes porteuse, vous et vous seule. Le fait que vous veniez et décriviez si bien les relations que vous pensez entretenir avec votre petit ami, c’est que vous avez identifié parfaitement, en vous, ce qui vous fait réagir et malheureusement, ce que vous vous faites subir à vous même. En effet, personne n’a le pouvoir de vous faire sentir mal, vous seule avez ce pouvoir-là sur vous. Pour je ne sais quelle raison encore, et entre parenthèse, ce sont ces raisons-là qu’il vous faudra aller chercher en vous pour changer et faire changer les choses autour de vous, vous avez décidé ou plus exactement, à votre décharge, il a été décidé pour vous, par votre cerveau ordinateur, pour votre survie, de ne penser qu’à vous, de ne pas vous respecter et logiquement, de vous faire sentir régulièrement que vous ne faites jamais rien de bien et évidemment, de faire sentir aux autres qu’ils ne font jamais rien de bien eux non plus : la preuve, vous venez ici et vous critiquez votre petit ami ! C’est votre façon de voir votre vie, parce que c’est votre façon d’appréhender votre environnement, parce que c’est votre chemin de vie, c’est votre vibration, c’est votre illusion de réalité, et c’est vous et vous seule qui créez cette illusion de réalité.

Mme la Patiente :

- Non, mais ça ne va pas non ! Je ne suis pas du tout comme ça, moi ! Je suis hyper gentille, moi !

Mme la Thérapeute 2 :

- Si vous voulez que je vous dise ce que vous voulez entendre, alors, je vous avertis de suite, cela n’arrivera pas.

Mme la Patiente :

- Non, mais bon ! C’est rude tout de même. Et puis de quel droit me dites-vous cela, vous ne me connaissez pas !

Mme la Thérapeute 2 :

- Reconnaissez au moins que si j’avais décrit votre petit ami comme un narcissique, pervers et manipulateur, vous n’auriez pas objecté que je ne pouvais pas le savoir puisque je ne le connais pas, vous auriez été moins bouleversée, voire apaisée que quelqu’un pense comme vous, je me trompe ?

Mme la Patiente :

- Hum… Honnêtement, c’est vrai, j’aurais été d’accord avec vous !

Mme la Thérapeute 2 :

- Je le pense aussi… Voulez-vous poursuivre ?

Mme la Patiente :

- Je crois que oui. Et si je suis narcissique, perverse et manipulatrice comme vous dites, est-ce que c’est grave ?

Mme la Thérapeute 2 :

- Non, pas du tout, et c’est ça la bonne nouvelle ! Il vous suffit de vous rendre compte de ces mécanismes qui agissent en vous, malgré vous -jusqu’à aujourd’hui cependant, puisque maintenant, vous êtes au courant-, pour enfin pouvoir changer vraiment. Votre ami est dans ce sens votre maitre intérieur qui s’est manifesté à l’extérieur de vous. Si vous acceptez cette façon de voir les choses, si vous pensez sincèrement que l’histoire que je viens de vous raconter peut-être un point de vue aidant et si ce dernier vous challenge au lieu de vous enfoncer encore plus, alors, vous êtes partie pour devenir une meilleure version de vous même… si vous le décidez.

Mme la Patiente :

- Comment ?

Mme la Thérapeute 2 :

- C’est simple, vous savez que vous êtes créatrice de ce que vous percevez comme étant votre réalité. Partant de là, vous allez explorer les quatre sources de programmations qui écrivent le script de la pièce que vous jouez avec votre ami. La première concerne la survie de l’espèce et votre propre survie. Pour comprendre son influence, posez-vous, par exemple, ce genre de questions : en quoi être narcissique, perverse et manipulatrice me sauvent la vie, ou est utile à ma survie ? Puis, vous allez explorer ce que votre généalogie vous a transmis comme prérequis, en posant ce genre de questions : qui, parmi mes ancêtres, est réputé pour avoir été narcissique, pervers et manipulateur ? Un seul peut avoir ces trois caractéristiques ou bien plusieurs d’entre eux… Pourquoi est-il ou sont-ils ainsi à priori ? Qu’est-ce que cela lui a ou leur a permis de faire ? Puis, vous allez explorer votre vécu, au tout début, alors que vous n’étiez que le projet de vos parents, jusqu’à vos un an, en vous posant ce genre de questions : qu’ont vécu mes parents ? Ont-ils eu besoin ou étaient-ils dans une phase où ils ont dû particulièrement se montrer narcissiques, pervers et manipulateurs ? Enfin, vous allez regarder en face la société dans laquelle vous vivez, et vous allez vous poser ce genre de questions  : avez-vous accepté comme vérité absolue, des croyances courantes issues de votre environnement, ou présentent dans votre culture, ou incontournables à notre époque, qui ont pour conséquences de juger les gens et les mettre dans des cases : qui narcissique, qui pervers, qui manipulateur ? C’est peut-être un effet de mode. Demandez-vous si cette façon de voir la vie vous convient. Réfléchissez alors à ce que vous voulez voir apparaitre à la place de ce qu’il est bien, correct, consenti par la société et l’époque dans laquelle vous vivez. Une fois que vous aurez répondu à ce genre de questions, vous allez pouvoir vous débarrasser des croyances/programmes qui ne vous conviennent plus, et ainsi pouvoir les remplacer par des croyances/programmes qui vous conviennent parfaitement, réécrire la pièce de théâtre en quelque sorte.

Mme la Patiente :

- Mais, tout de même ! Ne pensez-vous pas que mon petit ami devrait aussi se poser ce genre de questions ?

Mme la Thérapeute :

- Je ne sais pas, en revanche, ce que je sais c’est que vous êtes devant moi, c’est vous qui avez fait la démarche de prendre rendez-vous, de vous organiser en conséquence, de prendre le temps de venir, de patienter jusqu’à l’heure de l’entretien, de me parler, et après d’y mettre le prix. C’est vous qui êtes en demande, pas lui. Et je ne peux donner des indications qu’aux personnes qui en font la demande, et à personne d’autre.

Mme la Patiente :

- Oui, je comprends. Mais, ce que vous me proposez, c’est trop dur à faire ! Franchement, il n’y a pas plus simple ?

Mme la Thérapeute 2 :

- Oui, effectivement, il y a plus simple : allez voir Mme la Thérapeute 1.

Diabol ?    Symbol ?    (rayer la mention inutile)