Communication : postulat 1

Source : image trouvée sur Pinterest. Catégorie : Amour et Sentiments-Postée par :

 » Si tu m’Aimes… dis Le !  »  » LE !  »

J’adore !! :)

 

Vous savez maintenant que la Programmation Neuro Linguistique est pour ladv un outil puissant parce qu’il fait référence au fonctionnement du cerveau-ordinateur. Il peut aider à déprogrammer et reprogrammer des croyances, à changer des perceptions, à reconnaitre et à améliorer ses points forts, à devenir meilleur que nous ne l’étions la veille. Enfin, c’est un outil et comme tout outil, il peut servir aussi à manipuler autrui, à se rendre plus intéressant, à chercher à nuire… Évidemment !

Ce qui fait dire que l’important ce n’est pas tellement le savoir que nous avons, mais bel et bien ce que nous en faisons ! Et pour toutes les avancées, les nouvelles idées ou les très vieilles aussi finalement, c’est la même chose.

Que faisons-nous de ce que nous savons ?

C’est avec cette question en tête que je vais vous présenter ce que la PNL, telle que je l’ai apprise, a énoncé être les bases de la communication. En fait, ce sont comme des postulats, qui forment le socle de l’édifice PNL. Je me fais une joie de les partager avec vous aujourd’hui, non pas parce que je voulais les garder pour moi, -si vous pensez ça, c’est mal me connaitre-, mais tout simplement parce que je n’avais pas pensé à en faire un article avant cette nuit, -oui, je sais, je ne le croyais pas non plus, cela fait excessivement snob, mais parfois, l’inspiration vient en pleine nuit !! Comme s’il n’y avait pas assez de temps durant la journée ! Pfff ! Bref !-

Voici donc :

Postulat numéro 1 :

Quoique nous fassions nous communiquons

Bon, tout le monde comprend que quelqu’un qui est face à vous ou pas loin, qui vous regarde en bougeant ses lèvres, et qui dans le même temps, fait sortir des sons de sa bouche est à priori quelqu’un qui est en train de vous parler. C’est la base ! Quelqu’un qui gesticule au loin, surtout si c’est en votre direction, après vérification que vous n’ayez personne derrière ou légèrement à côté de vous évidemment, est probablement en train de vouloir communiquer avec vous aussi !

Mais -et c’est là où cela devient intéressant-, figurez-vous que quelqu’un qui ne répond pas à vos salutations est en train de vous communiquer quelque chose tout autant ! Si, si ! Évidemment, cela laisse une marge d’interprétation énorme parfois, mais cela fait sans aucun doute partie de la conversation entière que vous avez eue, que vous avez, et/ou que vous allez avoir avec cette personne… Soit vous savez quelle est l’origine de ce mutisme, en tout cas, vous avez une petite idée, soit vous ne le savez pas, mais dans tous les cas, cette personne vous parle ! -Concept !!-    ;)

Autre exemple de communication « inaudible » : un adolescent qui rentre dans une pièce après une journée au lycée par exemple et qui ne vous dit rien -je veux dire, même pas un petit : « salut ! »- n’est pas un adolescent qui ne vous a rien dit, c’est un adolescent qui vous a communiqué sa non-envie de communiquer avec vous ! Cela fait une sacrée différence… Essayez un peu, et ne faites pas celui qui n’a jamais tenté l’expérience, de lui faire une réflexion précédée ou pas d’ailleurs d’une question personnelle, vous verrez très bien à quel point il n’avait vraiment pas envie de communiquer avec vous ! C’est garanti !   ;)

De la même manière, lorsque vous posez une question à quelqu’un qui n’a pas envie d’y répondre, vous le verrez se refermer comme une huitre, croiser bras et jambes, à première vue, ce ne sont pas vraiment des signes d’ouvertures, froncer les sourcils et pincer les lèvres ! (complément d’information sur ce point voir NB1 en fin d’article). Bon, je ne vais pas enfoncer les adolescents, mais il faut avouer qu’ils maîtrisent parfaitement pour la plupart, ce genre de communication ! Les enfants aussi d’ailleurs, certains hommes pris en flagrant délit de mensonge aussi, ainsi que les certaines femmes sommées de justifier un ticket de caisse long comme le bras ! Bon, ce sont des clichés bien sûr, et ici j’essaie surtout de faire de l’humour !… Oui, je sais ; le simple fait d’avertir sur mes intentions est plutôt mauvais signe, mais Christian Godefroy à qui je dois beaucoup, nous disait souvent : « à l’écrit, soyez très précis, car tout ce qui pourra être interprété de travers le sera !! ». Quelle sagesse mes amis ! Donc, je vous le dis à nouveau, les clichés plus haut, c’est pour l’humour uniquement ! (voir complément d’explication en NB2, en fin de texte)… ;)

Il y a aussi d’autres formes de communication, qui prennent le contre pied de celles présentées ci-avant, dont celle, par exemple, qui consiste à hurler ce que l’on a à dire, manière de bien se faire comprendre -croit-on !- Alors, soit c’est parce que l’on sent que l’autre ne va pas tout entendre, même s’il est à moins d’un mètre de soi -oui ça arrive, s’il est sourd !-, soit c’est parce que ce qu’on a à lui dire nous tient particulièrement à cœur, -ce qui est corrélé à une forte émotion vous vous en doutez !- et on veut qu’il ou elle comprenne biiiieeeen le message, « subtil » souvent, que l’on veut qu’il ou elle capte ! Alors, on crie, soyons clair, même si cela n’est pas très agréable au niveau sonore, ni même parfois au niveau visuel -en effet, quelqu’un en colère puisque c’est de cela dont on parle, soyons « re-clair », a tendance à avoir les pores du visage dilatés, à changer de couleur, à ouvrir sa bouche en grand : on peut ainsi aisément voir toutes ses dents, tous ses plombages et même parfois sa glotte !- Autant vous dire que très souvent, toute cette intimité a un effet fulgurant ; celui qui consiste à lui répondre sur le même ton, manière de lui montrer à quel point, les mêmes effets commettent les mêmes ravages… et je ne parle pas uniquement de réparation dentaire et d’yeux exorbités ! C’est bizarre comme parfois, plus les gens parlent fort, moins ils s’entendent et du coup, ils ne communiquent plus sur rien ! Oui, parce qu’il faut se le dire, souvent la conversation ainsi menée n’est pas ce que l’on pourrait appeler très constructive ! Cependant, en ce qui concerne ce nous intéresse ici, cela importe peu ! Ce type de conversation est un mode de communication quand même, n’en déplaise à ceux qui aiment l’harmonie en toute chose et le calme avant tout ! Je tiens à ajouter que la grande majorité de ces discussions ont lieu entre personnes qui s’aiment, oui, oui ! Comme quoi, l’amour se dit mal parfois, c’est assez hallucinant de se rendre compte à quel point cela est très souvent vérifiable !

BN1 donc : En PNL, il nous est affirmé que 80 voire 90 % de la communication est non verbale… « Parolé, parolé parolé ! » chantait Dalida, dénonçant l’usage futile que certains font de la parole, pourtant si essentielle chez les humains ! Le corps, non soumis au mental qui déforme en amplifiant ou en cachant ce qui est ressenti, parle de façon bien plus claire et plus sincère que les mots. C’est plus fort que nous : nos jambes s’agitent quand on est impatient de partir, nous penchons notre buste vers la personne que nous voulons convaincre, nos mains viennent appuyer nos propos lorsqu’ils nous tiennent à cœur, nous relevons la tête lorsque l’on nous défie, nous la baissons lorsque nous nous sentons en faiblesse… etc. La série « Lie to me », dont j’ai déjà parlé, issue des travaux de Paul Ekman, (nommé Synergologie), propose des histoires qui montrent comment l’on peut se servir du corps, expressions du visage comprises, pour remonter sur des faits qui se sont réellement déroulées. Les suspects sont confondus par leurs mimiques en quelque sorte, c’est passionnant ! (Vous avez aussi des livres sur le sujet bien entendu !! « Je sais que vous mentez » de Paul Ekman entre autres)… Cependant, hors fiction, même si certains arrivent parfaitement à détecter les signes du corps, leur interprétation est à prendre avec circonspection, car ils ne sont pas significatifs à tous les coups. L’observateur, jusqu’à preuve du contraire, n’est pas l’autre ! Attention donc aux conclusions hâtives et définitives ! Cependant, cela peut donner des indications sur l’état interne de l’individu, celui qu’il ne dit pas, mais qui est réellement ressenti, ce qui est très utile pour certains thérapeutes ou toutes personnes qui de façon sincère et bienveillante, ont pour mission d’aider autrui.

Et NB2 : Entre ce que je pense, ce que je dis, ce que je pense que je suis en train de dire, ce que je pense avoir dit, ce que je dis effectivement, ce que je voudrais dire, mais que je n’arrive pas à dire parce que je ne trouve pas mes mots, ce que je voulais dire, mais que je n’ai pas dit parce que je n’ai pas trouvé les mots, ce que je veux dire, mais qui est perturbé par mon émotion qui me fait dire des choses qui ne sont pas tout à fait ce que je voulais dire, voire qui sont en contradiction complète, ou quasi complète avec ce que je voulais dire, ce que l’autre entend, ce que l’autre pense que j’ai dit, ce que l’autre a entendu de ce que j’ai dit, ce qu’il a cru comprendre, ce qu’il a compris en fait, ce qu’il n’a pas entendu, ce qu’il a interprété entre ce qui j’ai dit, ce que j’ai cru dire et ce qu’il a cru entendre, ce qu’il a effectivement compris de ce que je voulais dire, mais qui ne reflète pas exactement ce que je pense… etc, etc… Vous voyez l’immensité des quiproquos qui peuvent se mettre entre deux interlocuteurs ! C’est énorme ! Je pourrais ainsi noircir toute une page sans aucun problème, chaque cas à ses propres subtilités d’incompréhensions possibles ! En tout cas, cela n’empêche personne d’essayer tous les jours de se parler, et globalement, nous ne nous en sortons pas trop mal ! Avec un peu, beaucoup, passionnément, à la folie parfois, de bienveillance et de tempérance envers autrui, ça marche plutôt bien ! Ouf !

 

Bon, ce n’est pas que je m’ennuie loin de là, mais je vais remettre à la semaine prochaine la suite de cet article. Et vous allez sans doute me remercier quand vous saurez qu’il y a ainsi, non pas deux, ni trois, ni même quatre, mais bel et bien treize postulats de base de la communication selon la PNL, sans compter les nota bene !!

C’est énorme, encore une fois, presque éléphantesque, et comme le dit le bon sens populaire, « un éléphant -justement !- se mange à la petite cuillère ». Donc, je compte étaler ces articles jusqu’à janvier au moins…

Il y a tellement de choses à communiquer sur la communication !!! ;)

 

À bientôt donc…