Comment prendre du recul

Il est effectivement parfois bien difficile de prendre du recul lorsque vous avez la sensation que certains évènements ne s’abattent que sur vous, lorsque vous avez l’impression qu’il ne vous arrive que des ennuis et que vous ne vous en sortirez jamais !

Comment faire pour essayer de prendre de la hauteur face à ce qui arrive et y voir ainsi plus clair ?

Voici, pour ceux à qui cela peut aider, un exercice de PNL (Programmation Neuro-Linguistique) que vous pouvez faire pour mettre de la distance propice à la réflexion et à la prise de décision adéquate.

1 – Tout d’abord, il faut vous mettre en troisième position.

Qu’est-ce qu’une troisième position ?

C’est la possibilité de vous retrouver dans un endroit où vous allez vous voir agir dans le rôle de… (le vôtre), dans la situation problématique.

Le plus simple est de vous imaginer assis tranquillement dans une salle de cinéma et de regarder le film de vos interactions désagréables avec un de vos collègue par exemple. Vous regardez pour commencer une scène que vous aurez choisie. Peut-être que vous pouvez, pour la première fois que vous faites cet exercice, choisir une scène qui n’est pas trop problématique pour vous. Car même si le paquet émotionnel est chargée par toutes les scènes conflictuelles vécues avec cet individu, vous allez pouvoir, grâce à un évènement disons, plutôt léger, voir comment vous vous sentez avec cet exercice.

Vous êtes donc dans cette salle de cinéma. Vous choisissez une place à bonne distance de l’écran afin d’être le plus à l’aise possible.

Mais parfois, malgré ces précautions, vous vous sentez encore mal à l’aise face à votre collègue, alors passez à l’étape deux :

2 – Mettez-vous alors dans un autre cinéma qui projette sur grand écran une salle de cinéma dans laquelle quelqu’un qui vous ressemble est assis en train de regarder le film où quelqu’un qui vous ressemble aussi, parle –ou hurle- sur son collègue (qui, vous l’avez compris, ressemble comme deux gouttes d’eau au vôtre !)

Encore une fois, s’il reste un ressenti négatif avec cette quatrième position, alors il vous faut encore mettre de la distance. 

3 – Rajoutez un cran de plus. A ce stade là, vous pouvez vous retrouver bien en sécurité dans une sorte de combinaison en métal par exemple, entouré s’il le faut encore par une bulle impénétrable et invincible qui survole la salle de cinéma qui projette la scène dans laquelle vous vous regardez regarder la salle de cinéma dans lequel vous vous regardez regarder le film…etc.

C’est à vous de choisir ce qui vous permet de vous sentir le plus en sécurité : faîtes marcher votre imagination !!

Plus vous mettrez de la distance entre l’évènement et vous, plus vous vous sentirez apaisé en éloignant en quelque sorte le paquet émotionnel.

En vous voyant faire face à votre collègue, en entendant les mots qui sortent de l’échange, mais en ne ressentant strictement rien comme émotion dans votre corps, vous pourrez à ce moment-là apercevoir ce qui se joue entre vous.

Vous pourrez dédramatiser complètement la situation en étant éloigné du paquet émotionnel créant la  confusion de tels échanges.

Et enfin, le nec plus ultra, l’alchimie mentale consiste à mettre de l’humour dans la scène !

Effectivement, si vous arrivez à rire de vous et de votre collègue, sincèrement pas par mépris mais parce que vous avez vu l’effet comique de la situation, alors celle-ci ne pourra que s’améliorer et en tout cas, vous ne la vivrez plus du tout de la même façon.

C’est la preuve que vous êtes fort, plus grand que n’importe quel problème !!

Cela vaut le coup d’essayer !

Elisabeth