André Gide

 

André Gide (Paul Guillaume André Gide) est un écrivain français né à Paris 6ième, le 22 novembre 1869, et décédé à Paris 7ième le 19 février 1951.

André Gide a dit :

 

« Il existe bien des choses qui paraissent impossibles tant qu’on ne les a pas tentées »

 

Vous surprenez-vous à dire souvent : « mais c’est impossible ! »

Ce mot « impossible » est parfois  la montagne qui permet de cacher notre potentiel.

Par ce simple petit mot, nous avons toutes les raisons du monde de ne pas essayer, de ne pas nous surpasser.

A la place de dire : « c’est impossible », il vaudrait mieux dire : « je n’ai pas envie d’y arriver », parce que c’est finalement ce qui se passe.

La réalité que nous vivons n’est que la manifestation de ce que nous pensons devoir vivre. Même si cette réalité ne nous plaît pas, ne nous convient pas, c’est quand même nous qui l’avons choisie.

Notre cerveau est un ordinateur et de ce fait, il n’a rien à faire de nos peines et de nos désespoirs. Il se contente de matérialiser, en fonction de ce que nous lui envoyons comme stimulus, ce que nous avons dans notre base de données, dans notre disque dur.

Lorsque nous nous entendons dire : « c’est  impossible et j’en suis malheureux », sachez simplement qu’au fond, nous nous racontons des histoires. Rien n’est définitivement impossible et si nous le pensons, c’est juste que nous le pensons. Rien de plus.

Peut-être ne sommes-nous pas prêts, peut-être nous manque-t-il des informations, des connaissances, peut-être aussi avons-nous mieux à faire…

 

Pour en revenir à la citation.

Celle-ci nous encourage à sortir de notre zone de confort. Cette notion est souvent utilisée par les divers coachs et motivateurs. Ce qui est le plus courant quand on regarde la vie des gens, c’est justement cette impossibilité de faire autre chose que ce qu’ils sont habitués à faire.

Parfois, nous savons que nous devrions agir différemment, et pourtant, nous continuons à faire exactement comme d’habitude ! D’un côté, les habitudes font du bien. Elles sont structurantes et reposantes. D’un autre côté, elles sont nos prisons. Nos douillettes et confortables prisons…

 

Autre façon, plus dynamique, de se servir de cette notion d’impossibilité.

« La vie est une question de priorité » comme le disait le slogan d’une célèbre marque de glace !

Et tout ce que vous vivez actuellement sont vos priorités. Les avez-vous choisis consciemment ou avez-vous laissé les événements, les autres et les choses décider pour vous ?

Petite vérification à faire issue d’un exercice pratique de PNL : regardez votre agenda. Votre emploi du temps vous renseigne sur ce qu’il y a de plus important pour vous dans la vie.

Maintenant, demandez-vous si cela vous convient.

Si oui, c’est parfait, continuer ainsi.

Si non, demandez-vous qui a rempli votre temps de la sorte :

Madame la Peur ?

Madame la Reconnaissance ?

Monsieur l’Argent ?

Madame la Renommée ?

Monsieur le Prestige ?

Ou bien encore :

Votre famille ?

Vos amis ?

Votre communauté ?

…etc…

Au moins ce constat pourra peut-être vous apprendre qui mène votre vie et peut-être allez-vous décider que cela suffit ! Parce que c’est lorsque cela est vraiment impossible pour vous de continuer ainsi que vous laissez la place à ce qui est possible !

Et cela m’amène tout naturellement à cette autre citation de Montesquieu :

« le mieux est le pire ennemi du bien ! »

Si faire mieux que bien met la pression, je pense quand même qu’il vaudrait mieux penser que

« le bien est le pire ennemi du mieux »

Car vouloir mieux c’est ne plus se contenter du bien. Ne plus se contenter du bien c’est entrevoir et accéder à ce qu’il y a de mieux !

C’est une attitude tout à fait « Art de Vivre » ne trouvez-vous pas ?!?!

 

Et pour vous, quelle est la dernière fois que vous avez tenté quelque chose que vous jugiez, en d’autres temps, impossible ? Qu’est-ce qui vous a fait changer d’avis ? Et comme cela s’est passé ?

N’hésitez pas à partager votre point de vue !