Alice Herz Sommer

(version audio au bas de l’article)

 

D’après l’ADV,

cent pour cent des personnes qui se disent malheureuses se sentent victimes,

cent pour cent des personnes qui se disent heureuses ne se sentent pas victimes.

 

Et bien mieux que des grands discours, en voici la preuve…

Tout simplement époustouflant ce témoignage !

 

 

 

 

Extra-ordinaire femme ! Une âme magnifique !

Au-delà de tout l’enseignement qu’elle transmet et du modèle qu’elle est pour beaucoup, Mme Sommer nous montre ce qu’est l’alignement parfait avec sa mission de vie.

Si elle place la musique au dessus de tout, c’est parce qu’elle vibre au diapason avec les messages puissants et transcendants que porte la musique. Elle est aussi un instrument de ce vecteur puissant d’émotions fortes qui nous transportent.

C’est parce qu’elle est dans sa mission de vie qu’elle a pu sauver sa vie. Et ce, à plusieurs reprises !!

En ce sens, nous pouvons tous lui ressembler à partir du moment où nous prenons connaissance, avec autant de force et de certitude, de l’archétype que nous portons, cette vérité attachée à nous et qui nous meut.

Quelle est notre mission ?

Qu’est-ce qui est au-dessus de nous et qui pourrait nous faire dire que tout le reste, tous les à cotés, toutes les tracasseries ou même, tous les grands malheurs et les grandes injustices que nous ressentons, ne sont rien en comparaison ?

Qu’est-ce qui nous porte et nous transcende au point de trouver tout magnifique et parfait ?

Le fait même de croire que cette compréhension ne serait réservée qu’à quelques êtres exceptionnels, serait faux.

Si certains, comme Mme Sommer sont effectivement exceptionnels et sont des exemples magnifiques, c’est parce qu’ils nous montrent que le fait vivre au-dessus de tout ce qui nous fait nous sentir mal, est possible. En tout cas, ils nous montrent qu’ils ont réussi à le faire.

Nous avons forcément tous cette force en nous et nous pouvons tous transcender nos malheurs et ne plus jamais les voir comme tels !

C’est à nous de décider si nous voulons être des victimes en entretenant nos pensées malheureuses ou si nous voulons être des personnes heureuses et donc plus jamais victimes !

Encore une fois, que décidons-nous ?