29 200 jours !

 

(version audio en fin d’article)

 

29 200 jours !

Savez-vous à quoi ce chiffre correspond ?

C’est dans le livre de John P. Strelecky intitulé « Les 5 grands rêves de vie » que j’ai pris conscience de ces fameux nombres de jours !

En fait dans ce livre, il est précisé très exactement 28 200 jours. L’auteur dit que cela correspond à la moyenne aux Etat-Unis…

Chez nous, cela varie aussi bien sûr, mais j’ai pris comme base un chiffre plus élevé. Vous en conviendrez avec moi, la moyenne est d’environ : 29 200 jours !

Vous ne savez toujours pas de quoi je parle ?

Une petite idée quand même ?

Oui, c’est ça !

C’est bien évidemment le nombre de jours de vie d’une personne qui atteint 80 ans…

Oui, oui, vous avez bien lu ! Cette comparaison d’années d’existence en nombres de jours est assez parlante je dois dire !

29 200 jours ! Cela semble ridicule à bien y réfléchir. Il suffit d’ouvrir un livre d’histoire…

Ce chiffre devrait vraiment nous inciter à ne pas perdre notre temps en choses de peu d’importance…

 

Oui mais qu’est-ce qui est vraiment important vous demandez-vous ?

 

Certains pensent que de faire plaisir aux autres avant tout est vraiment très important ! Vivre la vie que l’entourage, la société et autres croyances personnelles ont décidé pour eux leur semblent incontournables. Ils ont raison, à condition de prendre cette décision en conscience et s’ils changent d’avis, ne pas le faire au dernier moment de leur existence !

D’autres pensent que le plus signifiant est de consacrer beaucoup de temps à réussir dans son travail pour que les affaires puissent être sources de revenus et aussi sources d’épanouissement et de reconnaissance sociale. Ils ont eux aussi raison, à condition de ne jamais changer d’avis et surtout pas à la fin de leur vie…

D’autres encore pensent qu’il n’est pas nécessaire de communiquer son enthousiasme à tout bout de champ et qu’il vaut mieux ne pas trop étaler ses ressentis. Pour certains, cela n’est pas très sérieux d’exprimer ses sentiments. Ils peuvent être source de désagréments pour les autres et source d’embarras pour soi-même. « Après tout, ce n’est pas la peine de dire aux gens qui nous entourent combien on les aime quand on le leur prouve tous les jours en partant au travail pour qu’ils ne manquent de rien.. » entendons-nous dire parfois. Là aussi, ne jamais changer d’avis spécialement lorsque cela n’est plus le moment de le faire…

Certains autres, sûrs que la vie est longue, pensent qu’il n’est pas nécessaire d’entretenir des relations d’amitié. Ils sont d’ailleurs en contact avec des tas et des tas de personnes très sympathiques tous les jours. Les amis de cœur sont justement quelque part dans le cœur et cela est suffisant. Et puis, « nous n’avons pas le temps… » Inutile de préciser les conséquences si par cas ils changent de point de vue et que cela s’avère bien trop tard pour le faire !

D’autres enfin, pensent que la vie, c’est sérieux ! Elle est remplie de responsabilités et il n’est pas possible de la réussir en s’amusant ! Le devoir avant tout ! Êtres heureux ?  » Mais il y a les fêtes pour ça, les vacances aussi et puis lors de ma retraite, je serais enfin heureux !! Ne mélangeons pas tout ! »

Oui, oui, oui…

A condition, toujours et encore de ne pas changer d’avis entre-temps, et surtout pas à la fin de sa vie !

 

Je dois vous avouer que je n’ai pas choisi ces 5 points au hasard.

 

Il s’avère qu’ils sont issus d’un livre réalisé par une infirmière en soin palliatif australienne, Bronnie Ware. Elle a donc interrogé des patients qu’elle côtoyait et a écrit un ouvrage intitulé : « Les 5 plus grands regrets des personnes en fin de vie » dont la version française est éditée chez Trédaniel.

Très instructif…

Et cela donne à coup sûr le déclic nécessaire pour ne pas perdre ses 29 200 jours en moyenne en futilités diverses et variées ! 

A vous de juger…

Il est troublant tout de même de penser que ce qui nous semble important et primordial à faire ou à avoir en ce moment même, n’est en fait peut-être pas si notable que ça : broutilles, mondanités et compagnie…

Surtout face à l’inéluctable finitude de cette vie, dans ce corps et sur cette planète.

Et si, ces raisons, qui nous semblent tellement utiles, étaient justement celles qui nous font passer à côté de ce qui fait notre essentiel parce que nous sommes pris dans le tourbillon de la vie ?

Nous pensons en toute bonne conscience que ce que nous faisons est vraiment très mais alors, très très important ! Et cela l’est en effet, un temps seulement…

A l’instar des paroles d’une des chansons de Jean-Jacques Goldman « Les choses nous possèdent », les pensées et les actions des autres aussi nous détiennent. Elles s’insinuent en nous et nous croyons en leurs toutes puissances…

Sauf si nous avons un sursaut de conscience de l’insignifiance de toutes ces « importances » qui au final nous empêche de savoir qui nous sommes.

29 200 jours !

Qu’en pensez-vous ? C’est toujours beaucoup pour vous ?

 

NB :  Film sur la thématique :  « Sans plus attendre » de Rob Reiner avec Jack Nicholson et Morgan Freeman